librairie marine.com        présente "   henry  De Monfreid.
 
historic-marine-france            e-mail: librairie.maritime@gmail.com
"  ô vous qui m'avez tout pris,je vous eusse pardonné votre cupidité parcequ'elle est humaine,parce qu'elle est de tous les temps et qu'elle sera toujours....                                                                                                                                                                                                                  H de Monfreid
  Toutes les oeuvres de  "henry De  Monfreid   sur une page!
                                           les titres présentés ci-dessous sont achetables sur la plateforme Amazon
                                           cliquez sur le lien sous l'image titre" ou l'image.

Remarque.           Nous présentons les  livres  maritimes   sur le site d'  AMAZON         Pourquoi?
Pour un acheteur  cette plateforme devient incontournable ,en effet pour un titre, elle offre souvent des propositions pour ce livre ,de 5  à 30 euros
 donc choix immense pour le client. à divers prix         Pour le vendeur      la plateforme internet  s'occupe de toute la gestion,paiement      ,stock ,publicité   .....
....si vous cherchez un titre sur Google   ,Amazon va  figurer dans les premiers résultats de la recherche. ..... le site est tres bien référencé
 

  henry De Monfreid.
né en 1879 à Franqui (Aude)              mort en 1974

                        aventurier-artiste-   écrivain-photographe.

Son père était peintre bohème,il va découvir la mer à 7 ans,
études moyennes,il échoue à central,est réformé du service militaire et va vivre de petits boulôts.
A 31 ans il tombe malade mais va commencer sa vie d'aventures à 32 ans en 1911.Il va se marier à 34 ans et va vivre en Afrique orientale
tour à tour:
négociant en café et cuir
achat d'un boutre pour le commerce des armes ,installation à Djibouti
vont commencer ses fameux voyages en mer Rouge trafic de hachich etc....
A 51 ans il achète une maison à Neuilly   .Kessel l'invite à écrire ,il est journaliste,correspondant de guerre etc..; va écrire  75 livres!!!!!
il meurt en France à Ingrandes.
Remarque:
il aura de nombreux  problèmes  avec  la justice,la douane etc...
incarceration par les anglais pour trafic,incarceration à Djibouti pour trafic d'armes et infractions aux douanes, enfin accusation d' assassinat  ,trafic de stupéfiant ensuite espionnage etc... enfin c'est l'aventure........                                           .
henry_monfreid.jpg                                                                        henry-monfreid.jpg                             
google-monfreid.JPG
Henry de Monfreid
, né Henri à La Franqui, commune de Leucate (Aude) le et mort le à Ingrandes (Indre), est un commerçant et écrivain français. Il a mis en scène sa vie aventureuse, centrée sur la mer Rouge et l'Éthiopie de 1911 à la Seconde Guerre mondiale, dans de nombreux livres, autobiographies et romans, publiés à partir de 1931Henry de Monfreid est le fils de George-Daniel de Monfreid, peintre, graveur et collectionneur d'art, et de Marie-Amélie Bertrand (généralement appelée Amélie). Sa jeune enfance s'écoule à la petite station balnéaire de La Franqui (Leucate) où la famille de sa mère exploite un établissement pour vacanciers Dès cette époque, le jeune Henry développe un goût marqué pour la voile et le large en naviguant avec son père sur les voiliers de ce dernier, d'abord le Follet, puis l'Amélie, un yacht de 22 mètres, notamment lors d'une traversée de Port-Vendres à Alger alors qu'il a 5 ans. À 7 ans, il va rejoindre ses parents à Paris où on l'inscrit à l'École alsacienne. Son père fréquente assidument la bohème, peintres ou écrivains, qu'il reçoit dans son appartement bourgeois. Monfreid va donc côtoyer des peintres comme Matisse et Gauguin. Durant l'été, et jusqu'à la mort de sa mère en 1902, il continuera de passer ses vacances à La Franqui.

Il a 13 ans lorsque ses parents se séparent et quittent Paris, et le jeune Henry est placé en pension pour qu'il n'ait pas à quitter son école. En 1892, il entre au lycée à Carcassonne où habite alors sa mère. Il passe son premier bac en 1896, retourne à Paris et prépare Centrale au Lycée Saint-Louis où il est interne. Il obtient d'assez bonnes notes et décroche même des distinctions mais il étouffe entre les quatre murs du lycée et se laisse aller à des frasques. Il se fait renvoyer, mais l'examen étant proche, il est réadmis comme externe. Il rate l'examen de peu. Henry de Monfreid ne fera donc pas carrière comme ingénieur des Chemins de fer et devra trouver un autre moyen d'existence. Il lui restera de ses études d'ingénieur un goût et une facilité pour les sciences et les techniques qui lui seront d'une grande utilité en mer Rouge lorsqu'il se mettra à construire des bateaux ou devra réparer en haute mer un moteur en panne. En 1900, Henry, qui vit depuis quelques mois avec sa nouvelle compagne Lucie Dauvergne, se voit contraint d'entamer son service militaire. Il cherche en vain à obtenir un sursis et finalement réussit à se faire réformer en simulant une congestion pulmonaire après avoir aspiré de l'hypochlorite de chaux mélangé à de l'acide chlorhydrique.Monfreid vit pendant plusieurs années de petits boulots. Il décroche un emploi de colporteur au Planteur de Caïffa, où il se tire assez bien d'affaire et monte même en grade, mais son père lui fait quitter ce métier de « tireur de sonnettes » en lui promettant une rente mensuelle. Après une brève carrière comme chauffeur de maître, il se fait engager à la société Maggi où il devient rapidement un contrôleur de la qualité du lait. Mais Monfreid rêve d'être son propre patron: il démissionne et achète une affaire d'élevage de volaille avec l'argent reçu de son oncle dans le cadre du procès en captation d'héritage. Manque de chance, les poulets meurent tous et l'entreprise fait faillite. Maggi le réengage et il réussit à se faire nommer chef de ramassage à Fécamp, pour être près de la mer Traficoter avec la qualité du lait et du beurre est un fléau à l'époque et Monfreid s'y laisse prendre. Il est en mer sur sa barque lorsque le représentant juridique de son employeur arrive à Fécamp pour le congédier. Monfreid, qui rêve de plus en plus à une carrière maritime, songe à se présenter à l'examen de capitaine au long cours mais il se laisse convaincre de mettre à profit ses connaissances de l'industrie laitière et il achète une petite laiterie près de Melun. Manque de chance encore une fois : Melun est très touchée par les débordements de le Seine en 1910 et la laiterie, isolée pendant des semaines, perd ses clients. Au même moment, il est gravement atteint de la fièvre de Malte qui manque l'emporter et qui le cloue au lit pendant des mois. La laiterie est vendue à perte. Ses rapports avec Lucie se sont dégradés avec le temps et c'est au cours de sa convalescence chez son père qu'il décide de mettre fin à sa relation de dix ans. C'est aussi durant sa convalescence qu'il fait la connaissance d'Armgart Freudenfeld, une jeune Allemande à qui Georges-Daniel donne des cours de peinture, et qui épousera Henry en 1913.Monfreid, qui termine sa convalescence, cherche une piste pour partir et mettre la plus grande distance possible entre son passé, notamment Lucie, et lui. Justement, un ami connaît un négociant en Éthiopie, Gabriel Guigniony. Quelques jours plus tard, Monfreid apprend qu’il est engagé à l’essai comme agent de factorerie au salaire de 150 francs par mois. Cet emploi est loin d’être le pactole, il doit payer son propre voyage pour Djibouti et n’a aucune garantie d’emploi. Mais cela n'a aucune importance: Monfreid veut partir. À la mi-août 1911, il embarque à bord du vapeur l'Oxus comme passager de troisième classe à destination de Djibouti.Il fait d'abord le négoce du café et de peaux en Éthiopie puis, attiré par la mer, il s'installe à Djibouti fin 1913 où il achète un boutre, baptisé le Fath-el-Rahman, et avec lequel il amorce la vie aventureuse qui fera l'objet de son premier récit autobiographique : Les Secrets de la mer Rouge. Plus tard, installé à Obock, il construit ses navires avec ses propres moyens, dont le plus célèbre, l'Altaïr, goélette de 25 mètres avec seulement 2 mètres de tirant d'eau et gréé de voiles auriques, lui permettra de fréquenter les rives de la mer Rouge cernée de bancs de récifs. Sa connaissance des mouillages et des ports en fait une source de renseignements utile à la France pendant la Première Guerre mondiale.Il entame ensuite une vie de contrebandier, se convertit à l'islam en 1914, religion de son équipage, se fait circoncire, et prend le nom d'Abd-el-Haï (esclave du vivant). Selon Guillaume de Monfreid, sa « conversion était une conversion de circonstance ». Il continue : « je ne crois pas qu'il fût plus attaché à un rite qu'à un autre, parce que de toute façon, ce n'était pas un homme pour qui le spirituel avait beaucoup d'importance. Il était trop noyé dans l'action. Et puis, ayant découvert la vraie liberté, il ne veut plus de carcan ». De même, Henry de Monfreid a été enterré selon le rite catholique.il vit de différents trafics, perles (il arrête vite ce commerce qui n'est plus lucratif après que les Japonais inventent la perle de culture), armes, haschisch et même morphine (qu'il achète en gros en Allemagne au laboratoire pharmaceutique qui produit la drogue, et qu'il revend aux riches Égyptiens), ce qui lui vaut des démêlés avec la justice et même quelques brefs séjours en prison. Monfreid s'est toujours défendu d'avoir pratiqué la traite des Noirs entre l'Afrique et l'Arabie, qui persistait encore en 1925. Cependant dans sa correspondance, il explique avoir des femmes asservies. Dans son journal de bord, il raconte que pendant la Première Guerre mondiale, les autorités françaises lui demandent d'aller espionner les positions turques sur la côte du Yémen en prenant des photographies Vers la fin de la guerre, il s'installe définitivement avec sa famille à Obock, loin des regards inquisiteurs des gouverneurs et autres coloniaux de Djibouti ; sa maison est près du rivage, ce qui permet à sa femme de disposer des lumières sur la terrasse si la vedette des garde-côtes est à l'affût. Entièrement absorbé dans ses projets, Monfreid est presque toujours absent et sa femme souffre de ses longues absences et de la chaleur accablante des lieux. Elle et les enfants se réfugient fréquemment aux monts Mabla dans l'arrière-pays d'Obock, qui offrent un peu de fraîcheur. Au début des années vingt, il se fait construire une petite maison à Araoué, près de Harar en Éthiopie, et il y passe la saison chaude avec sa famille. Avec ses trafics, en particulier la vente de haschisch en Égypte, il a fait assez de bénéfices pour acheter une minoterie et construire une centrale électrique à Diré Dawa, ville-champignon surgie au pied de Harar lors de la construction du premier tronçon du chemin de fer Djibouti-Addis Abeba Monfreid fait la connaissance de Paul Vaillant-Couturier ainsi que de Joseph Kessel, fascinés par sa personnalité. Kessel lui conseille d'écrire. Monfreid tire de ses aventures dans la mer Rouge, les eaux littorales de la Corne de l'Afrique et le détroit de Bab-el-Mandeb (« Porte des Pleurs » en arabe) des romans et nouvelles captivants, où les observations maritimes et ethnologiques pertinentes et vécues voisinent avec les descriptions cyniques d'exploits de contrebande réalisés (livraisons d'armes, de haschich ou de morphine).Ses romans remportent un franc succès dans les années 1930. Il est également correspondant de presse pour plusieurs journaux parisiens.Peu avant la Seconde Guerre mondiale, il soutient les Italiens, notamment pendant leur conquête de l'Éthiopie en 1935. Proche conseiller du général Rodolfo Graziani, Henry de Monfreid fait tout pour rencontrer le Duce Mussolini afin de pouvoir se joindre aux troupes italiennes. Il participe à quelques missions aériennes italiennes sur les territoires éthiopiens et manque d'être blessé en vol (Les Guerriers de L'Ogaden, 1935).Après la débâcle de l'armée du Duce en Éthiopie devant les armées alliées en 1941, Monfreid est arrêté par les Britanniques et déporté au Kenya. Il raconte cette épopée dans le livre Du Harrar au Kenya. Libéré, il vit de chasse et de pêche sur les pentes du mont Kenya, épisode qui lui inspirera d'autres romans comme Karembo.Il retourne en France en 1947 et s'installe dans une grande maison à Ingrandes, dans l'Indre, où il peint, joue du piano, et surtout écrit. Les habitants de ce petit village de la « France profonde » resteront en plusieurs circonstances perplexes devant le mode de vie de Monfreid, patriarche sans complexes. Ainsi, étant un opiomane d'habitudes régulières, il va à l'épicerie locale pour peser et diviser en doses journalières les têtes de pavots qu'il fait pousser dans son jardin. L'épicier n'y voit pas matière à s'alarmer, d'autant que Monfreid est un bon client : il achète de grosses quantités de miel, qui lui permettent de combattre la constipation opiniâtre entraînée par l'usage quotidien de l'opium. Quelqu'un s'avise cependant un jour de dénoncer Monfreid à la gendarmerie. L'affaire est abandonnée, l'opium n'étant à l'époque utilisé que par des artistes non conventionnels, tel que son ami Jean Cocteau. Par ailleurs, Monfreid se flatte à plusieurs reprises dans son œuvre de savoir à merveille décourager et amadouer les officiels trop curieux, par la flatterie, le mimétisme, et l'étalage d'une apparente bonne foi. En 1958, à l'âge de 79 ans, Monfreid entreprend un voyage à La Réunion où réside son fils Daniel. Après une visite de l'île, il fait la connaissance de Guézé, un marin qui lui propose de rejoindre l'île Maurice à bord de son bateau portant le nom créole de Rodali ; Monfreid accepte à condition d'équiper le vaisseau d'une voile. Monfreid, son fils Daniel, Guézé et un matelot nommé Fanfan composent l'équipage, qui prend la mer le dimanche 3 août 1958. Malgré l'expérience du capitaine, le bateau dérive pendant plusieurs jours avant d'être finalement secouru au large de Tamatave, à Madagascar, plus de huit jours après le départ de La Réunion. Monfreid et son équipage sont accueillis par M. Bossuet, un agent des Messageries maritimes. Après quelques jours de visite à Madagascar qui les conduisent de Tananarive où ils visitent le palais de la Reine et sont invités à dîner par le Haut Commissaire, André Soucadaux, puis à Mantasoa, Monfreid et son fils regagnent La Réunion. L'écrivain relate ce périple dans Mon Aventure à l'île des Forbans (Grasset, 1958).a la mort de Monfreid, on se rend compte que les tableaux de maîtres qu'il disait tenir de son père, et qu'il hypothéquait quand le revenu tiré de ses livres était insuffisant, étaient des faux, peut-être peints par lui-même

Aventures de mer   henry de Monfreid.

La croisière du hachich. Henry  de  Monfreid. 

Le sang du parjure. Henry de Monfreid

Les secrets de la mer Rouge   henry de Monfreid    






Les grands  classiques de Monfreid
Aventures de mer     henry de Monfreid
Ces aventures de mer sont la suite chronologique des secrets de la mer Rouge,le cadre:la mer Rouge encore,la côte de l'Arabie,les îles Farzan,le pays Somali,le golfe d'Aden.Le sujet :la lutte d'un homme qui s'efforce de gagner sa vie en se livrant au cabotage commercial.Le drame naît des démêlés de Monfreid avec l'intelligence Service
Lettres d'Abyssinie  henry de monfreid


Les derniers jours de l'Arabie heureuses


Le feu de Saint-Elme ma vie d'aventures.
monfreid
Aventures de mer
hachich

La croisière du hachich

secrets-mer-rouge
LES SECRETS DE LA MER ROUGE.
la-marietta
Le naufrage de LA MARIETTA.
Le naufrage de la marietta. le livre de demain n° 24.
henry-de-monfreid-ecrivain.jpg
L'esclave du batteur d'or.L'esclave du batteur d'or. paris, 1957

LE SANG DU PARJURE
amiral-pirate.jpg
L  Amiral pirate  sir Henry  MiddletonL'amiral pirate. sir henry middleton.
mer-rouge
LES SECRETS DE LA MER ROUGE
charas.jpg
CHARAS
Henry de Monfreid. Charas

henry_de_monfreid.jpg
Henry de Monfreid. La Croisière duhachich
de-monfreid
Les secrets de la mer rouge

henry-de-monfreid
La Croisière du hachich



 mes secrets.

monfreid-aventures-.jpg
Aventures d'Afrique, tome 1
djibouti.jpg
le radeau de la méduse ou comment fut sauvé Djibouti.
Aventures de mer : . Illustrations de Mouillot monfreid-.jpg
lettres-abyssinie.jpg
Ecrits d'un aventurier, tome 1 : Lettres d'Abyssinie
abdi.jpg
ABDI  L'homme à la main coupée
par henry de Monfreid   Abdi L'homme à la main coupée

abeilles.jpg
LE ROI DES ABEILLES.
derniers-jours-arabie-heureuse.jpg
Les derniers jours de l'Arabie heureuse.
mes-secrets.jpg
DJAILA.

saint-elme.jpg
Le feu de Saint-Elme - ma vie d'aventures

Femmes d or d'Ethiopie.

Légendes.

rio pongo

HARAR.

YEUX DE VERRE.

la route interdite

lES  TRILOGIES.
mer rouge.

hachich.

paradis.

somalienne.

mau mau

casquette blanche.

en mer rouge

aventures.

mes vies.

journal de bord.



KAIPAN

drame ethiopien.

Abandon.

la perle noire.





AUTOBIOGRAPHIES.
gisele-monfreid.jpg
Mes secrets de la Mer Rouge.

impossible.

incroyable.

Flibustier

henry de Monfreid. par m Poisson
Henry de Monfreid le passionné de l'aventure

résors.

monfreid.

hachich.

main.

éléphants.

cargaison.

l'enfant.

le lépreux.

l'exilé.

tortue.

éléphants.

cargaison.

                                          
                     Liens Internet  
Bon surf  revenez nous
vite..........               
.site-monfreid
http://www.henrydemonfreid.com/
Aventurier et écrivain légendaire, Henry de Monfreid (1879-1974) a hanté pendant près de quarante ans les rivages de la mer Rouge
vie-monfreid
http://www.3moulins.net/monfreid.htm
wikipedia
https://fr.wikipedia.org/wiki/Henry_de_Monfreid
wiki-monfreid.JPG

Commentaires de nos lecteurs sur cette page consacrée à Henry de Monfreid..............................................
Le  5 avril 2011.
L'étude binoche va vendre à Drouot un important ensemble de manuscrit de HENRY DE MONFREID   le 7 avril 2011 à Drouot  (  http://www.binocheetgiquello.com  )
monfreid-vente-manuscrit
monfreid_vente_manuscrit

monfreid-manuscrit
henry  de Monfreid  1879-1974.
  les secrets de la mer rouge manuscrit autographe de 226 pages  autographes      ce texte a été imprimé chez Grasset en 1931       estimations 35.000 euros.

    La croisière du Haschich  manuscrit autographe  manuscrit à l'encre de 235 pages in_4      ce texte a été imprimé chez Grasset en1933estimation :30.000 euros

    La poursuite du KAIPAN  manuscrit autographe de 145 pages in_8  et in_4       ce texte a été imprimé chez Grasset en1934        estimation  18.000 euros.

    Le masque d'or du dernier NEGUS  manuscrit autographe de 276 pages        ce texte a été imprimé chez Grasset en 1936.    estimation 10.000 euros

    La route interdite  manuscrit autographe 1er et 2éme version 287 pages autographes       ce texte a été imprimé chez Grasset en 1952estimation 30.000 euros

    L'homme aux yeux de verre manuscrit autographe 86 pages in_4      ce texte a été imprimé chez Grasset en 1965                        estimation 10.000 euros.
monfreid-photographies     Au musée de la marine   Exposition  henry de monfreid    Photographies    du 02 juin 2006 au 2 octobre 2006      



                       films   documentaires ayant un rapport avec cette page    
yt-monfreid
http://www.ina.fr/video/CAF97059865
/interview-henri-de-monfreid.fr.html
yt-monfreid-1
http://www.ina.fr/video/CAF91006618
/mort-d-henri-de-monfreid.fr.html

yt-monfreid-2
http://www.youtube.com/watch?v=hS2XX0kn7w8
yt-monfreid-3
http://www.youtube.com/watch?v=HKSslS6Ad7w

yt-monfreid-4
http://www.youtube.com/watch?v=

trPnL18OOIM

yt-monfreid-5
http://www.youtube.com/watch?v=hyCKJmyZ_VI
yt-monfreid-6
http://www.youtube.com/watch?v=XFIufpGQasw

yt-monfreid-7
http://whatiexpect.in/index.php?option=com_wa

tch&Itemid=150&video=xc5yic

yt-monfreid-8
http://www.youtube.com/watch?v=RQgq_Xms8t4



Donnez  nous  d'autres informations sur l'art et la marine?
                      participez aux blogs                                  http://antiquairemarine.blogspot.com
                                                                                                            
  http://librairie-maritime.blogspot.com

  http://photographie-maritime.blogspot.com  

 
..........Vous désirez vendre  ?..........
  Mettez une annonce  Gratuite  et consultez  la  page :
   http://historic-marine-france.com/grenier/grenier.htm
  .............et traitez directement avec un éventuel acheteur !.
           
et visitez  les sites conjugués
http://historic-marine-france.com

http://peintres-officiels-de-la-marine.com

http://vernet-joseph.com

http://librairie-marine.com

  ...................................................................  
  http://www.facebook.com/pages/librairie-marinecom/
100720683348651?sk=wall

facebook-livres