librairie-marine.com  " la marine sous  LOUIS XV. "                                
                                                                        notre ambition devenir votre: "  librairie maritime . "              e-mail  : librairie.maritime@gmail.com    
" Mon  cher Choiseul ,vous êtes  aussi fou que vos prédécesseurs : ils m'ont tous dit qu'ils voulaient une marine;
il n'y aura jamais en France d'autres marines que celles du peintre Vernet." .     Louis  XV. 
La Marine   sous le régne de:                      Louis XV.   1715 - 1774.
.
.
roi-louis-quinze_.jpg
portrait-louis-quinze.jpg
louis15
LOUIS XV
  Roi de France.
 
Louis XV ne fait pas son métier de roi,c'est le gaspillage et le désordre
quand il ne chasse pas ,on dit "le roi ne fait rien aujourd' hui".Louis XV se désintéressait de la marine.
le comte de Maurepas est  nommé ministre de la marine.(sous les deux Pontchartrain ,la marine n'était devenue que ruine)
1725.             Découverte du détroit de Behring.
1727              Expédition contre les barbaresques,
1730              La France dispose de  54 vaisseaux  les anglais 160. C'est donc la doctrine de "la mission"qui va prévaloir ,
                       appareiller pour une mission,éviter le combat
combattre sous le vent pour pouvoir fuir et tirer à démâter pour  pouvoir se dégager.          
1734               Expédition dans la Baltique. affaire de la succession de la Pologne.
1739         l'Angleterre et l'Espagne en guerre.
1740          premières action navales franco-espagnoles bientôt la guerre .
1743         Combat d'une flotte franco espagnole 16 vaisseaux et 12 espagnols contre l'anglais Mathews au large des iles d'Hyéres.
                  (léger aventage franco-espagnol)
1740-1744    .Expédition de l'amiral Anson dans le Pacifique.

1744        la guerre est déclarée contre l'Angleterre guerre de Succession d'Autriche
                 Encore un projet  de débarquement en Angleterre raté, amiral De Roquefeuil.
                  Blocus des côtes  par les anglais
1745/1746  Des combats  ou les français luttent toujours avec bravoure,attaque reciproque de convois.
1747         . Le  chef d'escadre la Jonquière de la Pommarède  avec 30 transports 3 vaisseaux,plus 2 commandés par Grout
rencontre les anglais au cap Ortegal 14 vaisseaux commandés par Anson,fuir ou combattre ? il  engage le combat le convoi  est sauvé.
Quelques mois plus tard un convoi escorté par  Desherbier (8 vaisseaux)est attaqué par Hawke,(14 vaisseaux) défaite
mais prouesse de courage français,(Suffren qui était à bord du monarque comme lieutenant déclara toujours que c'était une des plus belles actions)
Par contre Dubois de Lamotte escortant un convoi pour les Indes occidentales perd ses 47 transports.
                  Toujours la guerre des corsaires  contre la commerce anglais.

1748 La Paix  d ' Aix la Chapelle .
statu quo entre la France et l'Angleterre.
1749   
Maurepas se sépare de la flotte des galères inutilisée depuis longtemps. il n'y a plus que 30 vaisseaux.
            il  est congédié par la Pompadour. Son successeur Rouillé comte de Jouy ne connait  rien à la marine
           
Le Roi découvre la mer au Havre. (cette visite amuse le Roi!);   
 ministre de la marine:   Antoine-louis Rouillé,
(1749-1754):(la valse des ministres va commencer!!)
  reconstruction de 38 vaisseaux;                                                    
 
1752      Fondation de l'académie de marine.
 1754     Création d'une fonderie de canons  sur la Loire. Nombreux conflits entre "la plume"( les administratilfs) et "l'épée" (les marins.)
                escarmouches franco-anglaises aux Indes, en baie d'Hudson etc..  même sur mer. le conflit semble inévitable.
ministre de la marine Marchault d'Arnouville,( 1754-1757) reconstitution de 5 escadres,.
 
la France possède maintenant entre  45 et  85 vaisseaux , les anglais une centaine de vaisseaux.

1755. L'Angleterre ouvre les hostilités. Agression de Boscawen  contre le convoi de De la Motte vers Terre-Neuve
.Prise des navires marchands dans les ports  anglais  et en mer  ..etc..

1756   Déclaration de la :   Guerre de Sept ans 
 
TOULON   expédition de  La Galissonière  12 vaisseaux plus nombreux transports,pour prendre  Minorque ( île stratégique aux mains des anglais.).
                     l'amiral anglais Byng avait 13 vaisseaux. Bataille de Minorque. Défaite anglaise la France  possèdera:  Minorque.
1757  .ministre de la marine:       François-Marie Peirenc de Moras (1757- 1758) . un an !
          Kersaint de Coetnempren avec 2 vaisseaux attaque des postes anglais d'Afrique, affronte les anglais à Saint Domingue
          La marine transporte des troupes à Saint Domingue,à Louisbourg ,au Québec...
          Mais les côtes françaises sont  fragilisée ,destruction de l'île d'Aix,  la flotte de de la Motte de retour
         est décimée par l e typhus,l'arsenal de Brest est vide. La situation est grave.
1758 . ministre de la marine:      Claude-Louis marquis de Massiac(1758-1758) officier de marine mais incompétent!
TOULON. le chef d'escadre la Clue Sabran peu capable  doit appareiller pour Louisbourg(Quebec) (6 vaisseaux)
echec complet devant Carthagène. Le marquis Desgouttes avec 2 vaisseaux  3 flûtes ,et 5 frégates va essayer de défendre la ville
l'amiral Boscawen avec son escadre va tout balayer , cela va conduire à la perte  du Quebec
  les anglais attaquent le Sénégal, même Saint-Malo...et Cherbourg...
La France n'a plus de commerce maritime,les colonies sans défense,situation désespérée.......
        
1759  ministre de la marine:       Nicolas-René Berryer  (1758-1761) il ne connaissait rien aux affaires navales..
Les anglais occupent la Guadeloupe, débarquent en Martinique.
Une seule solution envahir l'Angleterre!!!!! c'était un risque considérable devant la puissance maritime anglaise
 Vice-Amiral le comte de Gonflans-Brienne  Organisateur Choiseul,
TOULON les vaisseaux de Toulon doivent rejoindre Brest cela commencemal suite à une rencontre avec Boscawen
,apres son passage de Gibraltar  batailles  et  défaites la flotte de Toulon est  détruite.
BREST. Le projet persiste, Thurot, devait faire diversion, Gonflans appareiller pour l'opération..
C'est la terrible défaite des Cardinaux
1760  les choses ne vont pas mieux aux colonies
1761
  ministre de la marine:   Etienne -françois duc de Choiseul  (1761-1766) déja ministre de la guerre et des affaires étrangères
1762.  la Martinique est prise par Rodney,idem Sainte Lucie les Grenades  cela porte un rude coup à la guerre de course.


1763.  "la guerre de sept ans"  se termine par le traité de Paris
Pour faire des guerres inutiles en Europe  Louis XV a laissé prendre presque toutes nos colonies.
Nous perdons  l'Inde sauf cinq villes, le Canada (de Louisbourg,), la Louisiane, plusieurs Antilles et le Sénégal.(perte de Gorée),
Minorque rendue aux anglais,on gardera la  Martinique,la Guadeloupe,Sainte Lucie,Saint Pierre et Miquelon.....

Bilan maritime  de la guerre:    perdus,détruits ou capturés ;4 vaisseaux de 80 canons,  11 de 74,   13 de 66 ,   10 de 64 canons,
                                               2 de 60 canons,    1 de 56  ,  4 de 50 ,   61 frégates... Total 94 navires  avec 3.880 canons.
 
1764.           La France n'a plus que 40 vaiseaux ,arsenaux vides ,  il n'y a plus d'argent
                      mais Choiseul n'a qu'un but " venger la France de ce traité humiliant"

1765
.            Construction de 15 vaisseaux , à l'aide de dons des états ,les chantiers fonctonnent à plein rendement!
                     l' ordonnance de 1765
,nouvelle classification des navires,réorganisation du corps des officiers de marine
                     il abolit " la plume" création d'un corps d'administrateurs,le commandant du port devient égal de l'Intendant...
                      expédition  de Duchaffault de Besné  contre Salé et les barbaresques.
1766 .            ministre de la marine:César Gabriel de Choiseul Duc de Praslin  le cousin du précédent.(1766-1770).
                     pas de changement de politique, création des écoles de médecine navale, et réorganisation
                     de  l'académie de marine.

1766-1769
.
   Voyage de Bougainville dans les mers du sud.

1768               La France achète la Corse à Gênes.
                      .Premier voyage de Cook
1770              Bombardement de Sousse et Bizerte,  par le commandant de Broves.
 La valse des ministres de la marine  suite! Ministre de la marine:   .Joseph-Marie  Terray  (1771-1771).
1772-1775  .Second voyage de Cook
1772            ministre de la marine   .Pierre-Etienne Bourgeois de Boynes ( sera demissioné par Louis XVI )
1774                   Mort de Louis XV      La France compte 66 vaisseaux, 36 frégates .

                                                                                   documents en vente chez      Delcampe..         

estreees
 A Paris  le 3 may 1719.Le conseil a receu Monsieur la lettre que vous luy avez escrit le 28 mars vous pouvez rendre au S. Allard Bellin la soumission que vous avez eu ordre de retirer deluy pour sureté que son vaisseau "La Paix" ne seroit point vendu aux Etrangers puisqu'il est actuellement fretté pour porter des effets du Roy a St Domingue
surete
surete-


Louis-alexandre de Bourbon-Penthievre (1681-1737) duc de Vendôme,Grand Amiral de France & Marie duc d'Estrées (1660-1737)marechal de France.

Lettre signée du 3 may 1719
Commission du conseil de la marine demandant de rendre au
S Allard Bellin la soumission de retrait "pour seureté" assurant que son vaisseau la Paix ne seroit point vendu aux étrangers puiqu'il est actuellement fretté pour porter des effets au Roy à St-Domingue.


Prix de vente :310 euros

surete_


" le navire le St Pierre appartenant à Renaudier
Goupil du Pouliguen a été l' objet d'un acte de piraterie et il se trouve à Grenoch en Ecosse.Nous  avons la copie de la lettre écrite au cardinal Dubois par m; de Chammorel,à Londres,qui explique que  le navire sera rendu à son propriétaire à la condition
que celui-ci se présente en Ecosse avec tous les documents prouvant qu' il est bien propriétaire du navire  Le capitaine Pierre Tartoué et szs marins ont été
tués et les pirates arrêtés sont en prison,prêts à être jugés.Le procès des meurtriers devant avoir lieu dans un bref délai.... Il serait nécessaire que le sieur Renaudier put être ici
dans ce temps là et qu'il apporta tout ce qu'il pourrait  avoir d' indices ou de preuves en bonne forme pour aider à les convaincre  une liste de matelots tués,une description de leurs habits de leurs meubles,un certificat de la destination du vaisseau le St Pierre 
le rapport precise en outre que "deux des meurtiers sont morts en prison d' une manière à faire soupçonner qu'ils ont prévenu leur supplice par le poison"
 Affaire de PIRATERIE.
Lettre du comte jean- baptiste 
de Fleuriau
(1886- 1732).ministre 
de la marine.
Lettre signée à m. de la Mothe 
Versailles 
28 avril 1723.
1.p in folio piéce pointe 3pp 1/2 in folio.


prix de vente.450 euros
ecrivain
Aujourd'hui  dixiéme du mois de Novembre mil sept cent vingt neuf Le Roy étant à Versaille  voulant commetre d'une personne capable et fidelle pour faire les fonctions d'Ecrivain de sa Majesté dans les ports et Arsenaux de marine et sur les Vaisseaux qui y avons armez .En Sachand que le sieur Chaneneau  le fils a la qualité necessaire pour c'en bien acquitter  ...........................................................................
document   portant la signature Royale "Louis"      contresigné par le comte de Toulouse ,louis alexandre de Bourbon fils légitime de Louis XIV et de madame de Montespan
Brevet d'écrivain de la Marine en faveur du sieur Chanenceau fils
 sur velin et daté de Versaille
 le 10 novembre 1729



Enregistré au controlle  de La marine à Bayonne le 23 décembre 1729
Prix:240  euros
marque.jpg
lettre-marque.jpg
Louis jean-marie de Bourbon Duc de Penthiévre Amiral de France.
A tous ceux qui  ces presentes lettres verront Salut
Sçavoir faisons que nous avons donné Congé et permission à .................Maître & Capitaine d......nommé......................du port de..................tonneaux environ,monté de...........piéces de Canon & de Marchandises l .armer & munitinner de toutes choses necessaires & le charger de telles marchandises que bon lui semblera,pouvû qu'elles soient  ni prohibées ni defendues,pour aller trafiquer.........& en ce faisant faire la guerre à tous Pirates,Forbans & gens sans aveu & autres qui voudront empêcher la liberté du Commerce aux sujets du Roi,même aux Ennemis de l'Etat  si  pendant le cours du voyage,la Guerre venait à se déclarer entre sa Majesté & quelqu'autre Puissance  les attaquer en quelques lieux & endroits qu'il pourra rencontrer,les prendre & amener prisonniers avec leurs Vaisseaux,Equipages & Marchandises &  exercer sur eux toutes les voyes & autres permis & usité par les Lois de la Guerre,à la charge par ledit..................de garder & faire garder par ceux de son équipage,durant son voyage,les Ordonnances & Réglements de la Marine sur les peines y contenues,de porter pendant son voyage les Pavillons & Enseignes des Armes du Roi & les nôtres,de faire enregistrer le présent Congé au greffe de l'Amirauté le plus proche du lieu   d'ou il partira,y mettre un Rôle signé et certifié de lui contenant les  armes ,munitions,les noms,surnoms naissances & demeures des hommes qui s'embarquent.Et  à son retour,qu'il fera dans l'un des ports du Royaume qui lui sera le plus commode & avant de rien décharger,fera bon & fidèle rapport devant les officiers de l'Amirauté &  nous autres de ce qu'il aura fait pendant son voyage,déclarera s'il a ramené tous ses hommes& s'il ne les a  ramenés le lieu ou ils les aura laissés;lequel rapport de vérification  d' icelui,il enverra au secretaire général  de  la Marine,pour être sur icelui par Nous ordonné ce que de raison    Et en cas de prise de guerre fera faire des procédures par devant les officiers de l'Amirauté conformément aux Ordonnances lesquelles seront pareillement envoyées au Secrétaire général de la Marine,avant que lesdites prises puissent être déchargées, pour sur icelles être par Nous ordonné ce qu'il appartiendra.
Prions et Requerons tous  Rois, Princes Potentats,Etats,Républiques Amis Alliés & Confédérés de cette Couronne,leurs Amiraux,Gouverneurs de leurs Provinces Villes Ports,Havres & Passages,Capitaines chefs & Conducteurs de leurs Vaisseaux & Equipages & autres leurs Officiers & Sujets qu'il appartiendra de donner audit..........toute assistance passage & retraite en leurs Ports,avec son dit Vaisseau & ce qu'il aura pû conquérir offrant de faire semblable lorsque Nous en seront par eux requis.
MANDONS et ORDONNONS  aux Vice-Amiraux,Lieutenans Généraux  des Armées Navales  chefs-d'Escadres,Capitaines des Vaisseaux & à tous autres Officiers de Marine qu'il appartiendra de laisser sûrement & librement passer ledit............avec son vaisseau et équipage & tout ce qu'il aura pû conquérie pendant son voyage en vertu du présent congé sans lui donner ni souffrir lui être fait ou sonné aucun   trouble ni empêchement;mais au Contraire,tout secours,aide faveur & assistance dont il aura besoin & qu'il ne servira le présent congé que pour un seul voyage
En temoin de qui Nous avons Signé ces Présentes & à  icelles fait apposer le Sceau de nos Armes et Contre signé par le Secrétaire Général fe la Marine
L J M de BOURBON
Pae son Altesse Serenissieme
A....   jours du mois d     mil sept cent.. 
Lettre de Marque
pour corsaire
document resté vierge



en effet le ministère de la marine envoyait des lettres de marque
en blanc aux autorités de districts.


imprimé en noir sur un  parchemin .
timbre sec aux armes de Penthièvre



32x50cm

ND
declaration-du-roy
declaration_du_roy

Déclaration du ROI
Qui exempte du droit de dixième les prises qui seront faites à la mer sur les ennemis de l'Etat par les Bâtimens armés en course,pendant le cours de la présente Guerre,& régle les récompenses particulières tant pour les Officiers & Equipages des Vaisseaux de Guerre du Roi,que pour les Capitaines & Equipages des Vaisseaux Corsaires

donné à Versailles le cinqième Mars 1748.


DECLARATION DU ROI.
Qui supprime le Dixiéme de M l'Amiral sur les prises en Mer,& fixe les récompenses en fave ur de ceux qui feront des Armements,& des Officiers,Volontaires & Matelots qyi seront sur les Vaisseaux & Frégates,etc..



Du 15 Mai 1756
80 euros

Commission de Capitaine  de Vaisseau  signé de la  main de Louis (Louis XV)
pour Charles Joseph Hocdenault de Breugnon. (retraité chef d'escadre 
en 1750 .mort en 1760. pére du  cmte de Breugnon lt gal des  armées navales et diplomate  On remarquera que le roi, pour un capitaine de vaisseau  s'adresse à lui "vous" et non  "le sieur xx "
1731
NOMINATION PAR
LE ROI D'UN 
CAPITAINE  DE  VAISSEAU.

Commission de Capitaine 
de Vaisseau 
signé de la  main de Louis (Louis XV)
pour Charles Joseph Hocdenault de Breugnon. (retraité chef d'escadre 
en 1750 .mort en 1760. pére du
cmte de Breugnon lt gal des 
armées navales et diplomate
On remarquera que le roi,
pour un capitaine de vaisseau 
s'adresse à lui "vous" et non 
"le sieur xx "
 
 
 

prix de vente:  700 euros.

Mémoire à monsieur le
Lieutenant Criminel.
1739.
Supplient humblement Gertrude Pottier
,Epouse de joseph Moisson de Sainte Marie
,lieutenant de Vaisseau de la Compagnie 
des Indes,et Andrée-Marguerite Moisson 
de Sainte Marie,la fille majeure ès noms & 
qualités qu'elles procedent
Disantes,que le sort malheureux
qui poursuit les Suppliantes les rend bien 
digne de pitié
l'une abandonnée de son mary depuis 1719.
Qu'il s'est embarqué pour les Indes en qualité 
de Lieutenant de vaisseau,ignore 
encore le destinée de cet Epoux
Celle d'un fils qui l'a suivi de près dans 
cet embarquement ne lui est pas moins 
inconnue,ainsi l'amour & la tendresse
sont en elles egallement allarmés........

ND.

invalides.jpg
Etat des comptes concernant les demi-soldes des
invalides de la marine de l'Amirauté de Quimper


signé    LOUIS 
et contresigné par Phélypaux.


Versaille le 02 septembre 1742


prix 390 euros
prix de vente .260 euros. Congé passeport
 pour batiment
étranger
daté1744.
 

délivré par Louis jean marie
de Bourbon
duc de Penthièvre.


J'ai reçu Monsieur la lettre que vous m'avez fait  l'honneur de m'écrire le 8 de ce moii,je ferai inscrire M votre fils sur la liste des  aspirans aux places de Garde de la marine,lorsque vous m'aurer adressé  un extrait Baptistale en bonne forme,mais je dois
vous prévenir qu'il ne me sera pas possible de
proposer au Roy son admission au premier
remplacement attendu les engagements pris pour  les premières places dont sa Majesté disposera  Je ne perdrai pas de vu pour la suite et je serai tres  aise de contribuer a votre satisfaction a cet egard  J'ai l'honneur d'étre avec un sincere attachement monsieur votre tres humble et tres obeissant serviteur.


lettre du duc de Praslin
 en réponse a une sollicitation
de M le Marquis de Chambray
pour faire entrer son fils dans les
gardes de la marine.




prix: 100 euros.

liste
liste-des-officiers-de-plume
Document  MANUSCRIT provenant des archives du
chef d'escadre d'ORVES cahier de 44 pages in_4



vers 1745




Liste générale  "des officiers de plume"
de la marine  comportant 300 noms d'officiers de plume classés par fonctions

Intendants, Commissaires généraux
Inspecteurs.
Commissaires ordinaires.
Commissaires particuliers.
Gardes de magasins.
Commis.
Ecrivains

est indiqué la date d'entrée en fonction (entre 1702 et 1745) et souvent le port d'attache.







prix de vente :  510 euros
etat-des-vaisseaux.jpg
majeste
majeste
42 vaisseaux, 20 frégates,10 chébecs,4 bombardes, 2 pachots, 3 brûlots.
Etat des Vaisseaux de Guerre ,Fregattes,et Chebecs de  l'Escadre de sa Majesté Catholique.  (le Roi d'Espagne)

Janvier 1756.

prix 150  euros
De par le ROY.
Sa Majesté ayant fait choix du Cher De Bourmand Garde de la Marine  de la Commagnie de rest pour à la place de Sr Allouars fait Enseigne de Vaisseau,servir en qualité de Sousbrigadier des Gardes de la Marine de la dite Compagnie;Elle mande au  Sr de Chezac Capitaine de vaisseau Commandant la dite Compagnie de le recevoir et de le faire reconnaitre en la qualité de sous brigadier de tous ceux et ainsi qu'il appartiendra ,et au Sr Locquart Intendantde la marine au dit Port de l'Employer sur  le R  des gardes de la marine de son Département
fait à Versailles le 11 février 1756
choix-
choix--
choix
choix_
choix__
choix___

nomination d'un Garde de la marine

Signé Louis
11 février 1756.


prix 240 euros

Sur la présentation qui a été faite par le  duc de Penthievre Amiral de france 
du baron de Chambray  garde de la marine de la compagnie de Toulon,
passera dans celle de Garde de pavillon Amiral  Sa majesté l'a agréé et mande au 
commandant et autres officiers de la dite compagnie des   gardes Amiral d'y recevoir le dit  baron de Chambray                                         fait a compiegne le 15 Juillet 1757.

Brevet de garde de
 pavillon amiral

signé LOUIS XV.
(secretaire)
,contresigné
 par Peirenne de Moiras de Massiac

ministre de la marine

prix: 150 euros.

Chaloupe de santé    

Dunkerque 1757

 

 

prix 180 euros

Entrée des navires dans le port

Dunkerque 1757

 

 

prix 180 euros

M Le baron de Chambray votre fils monsieur  étant garde du pavillon amiral je ne puis faire  expédier le congé que vous me demandé celuy 
que la demande ne m'en ait faite par M le Duc  de Penthièvre il sera necessaire pour cela que 
vous en ecriviez au commandant du détachement  dans lequel il sert et je ne puis que vous témoigner   combien je suis faché que cette formalité retarde  l'empressement que vous avez de le faire venir  auprés de vous. Je suis tres parfaitement monsieur votre tres  humble et tres obeissant serviteur  Versaille le 28 Xbre 1757.
lettre signée de Peirenne de Massiac
ministre de la marine.
Adressée
au Marquis de  Chambray.


prix:90 euros
 


Sa Majesté ayant permis aux baron de Chambray  garde du pavillon Amiral du
 détachement de Toulon
  de servir en la même qualité dans celuy de Brest  Elle mande au seigneur comte de Cousoeyède  du détachement de l'incorporer suivant son rang 
es ancienneté et Hocquant intendant de la marine
.............Fait à Versaille le 22 May 1758.

Mutation a Brest du
baron de Chambray

ordre de reception en
 la compagnie des

gardes du pavillon à Brest
signé Louis XV

(secretaire) contresigné
 par le ministre de la marine.


Fait à Versaille
le 22 May 1758.

prix: 120 euros. 

la-diane.jpg
Monsieur
J'ai l'honneur de vous écrire cette lettre pour vous apprendre mon arrivée en ce port avec la Prise que noius avons eu le Bonheut d'amariner par le 49d 44 de lattitude nord et par 3 d 30m de longitude Monsieut Porestier fils est capitaine dun dit Corsaire La Diane de Bayonne m'ayant donné les ordres necessaires pour m'adresser aux correspondants dont jauray besoin .Je ne doute pas qu'il ne vous soit été averty par Mr son Père armateur du dit Corsaire c'est en concéquence Monsieur que cette  icy est pour vous en donner avis que je viens d'entrer en ce port avec la prise l'Elisabeth chargé de vin et d'oranges aigres y ayant été contraint par le cdhasse que noius avons eu par 2 fregattes anglaises et le vent contraire ayant besoin de chandelle ...
.........................................
Le 26 février 1761.

Lettre annonçant la prise de l 
'Elisabeth
chargée d'une cargaison en vins et oranges ,
par le navire corsaire LA DIANE
février 1761

Prix 200 euros.
Brevet d'Enseigne de Vaisseau.
pour le Sr Taboureau Dargenuville
 

Aujourd'hui cinqiéme jour du 
mois  de juin  1762.

signé Louis.

au dos  Le Duc de Penthiévre
amiral de France.
 

prix de vente 510 euros.

 

Jeton en ARGENT
1762.

Emis pour le vaisseau de
80 canons offerts par le
Languedoc au Roi.
 

Prix: 160 euros.

bois
fourniture_bois
fourniture-bois
bremontier
,arrêté entre le duc de Choiseul ,ministre et secrétaire d'Etat de la guerre
 et de la Marine ,et le sieur Petel, entrepreneur général(Imp. de G.deprez 1763)

2 tableaux mauscrits état général  des bois fournis au Havre et de Brest par Brémontier de 1761à 1766 et en 1767

traité pour la fourniture
de bois à la Marine

,arrêté entre le duc de Choiseul ,
ministre et secrétaire d'Etat de la guerre
 et de la Marine ,et le sieur Petel,
entrepreneur général(Imp. de G.deprez 1763)

2 tableaux mauscrits
 état général  des bois fournis au Havre et de Brest par Brémontier de 1761à 1766 et en 1767


+ notice sur Brémontier
prix de vente 380 euros




Voir présentation de ces documents
 sur la page chantier naval

cornic.jpg
cornic-.jpg
Aujourd'hui  vingt unième du  mois de May mil sept cent soixante quatre le Roy étant  à Versailles voulant commettre des personnes capables et expérimentées au fait de la guerre et sachant que le Sr Cornic a la qualité necessaire
BREVET DE  LIEUTENANT DE VAISSEAU Pour la campagne
pour le Sr Cornic  capitaine de Brulot.



21 may 1764


recto signé Louis  (louis XV)
verso  du duc de Penthièvre amiral de France.et du duc de Choiseul

Parchemin  prix 300 euros
vicomte-de-bouville
bouville-
bouville


Dunkerque
11septembre 1761
Ordre du commandant du port adressé au Sieur Bouvier ,lieutenant de frégate qui commandais cy-devant la chaloupe canonière "La légére" de se rendre au Havre son département et prions tous ceux qui sont à prier de le laisser librement passer et repasser sans luy causer aucun trouble et mesme de luy donner tous les secours dont il pouvait avoir besoin..

Louis-Alphonse Jubert vicomte de BOUVILLE


Prix de vente :320 euros

bouville
lieutenant_cornic.jpg
lieutenant-cornic.jpg
Aujourd'hui  premier jour du moid d'octobre  mil sept cent  soixante cinq le Roy étant à Versaillezs voulant commettre une personne capable et expérimentée au fait de la guerre et de la navigation pour faire la fonction de Lieutenant sur ses vaisseaux de guerre et sachant que le Sr Cornic a la qualité nécessaire pour s'y bien acquitter  Sa Majesté   et ordonne Lieutenant à bord de ses vaisseaux
BREVET DE  LIEUTENANT DE VAISSEAU pour le Sr Cornic  capitaine de Brulot.



1 octobre 1765


recto signé Louis  (louis XV)
verso Griffe  du duc de Penthièvre amiral de France. et du duc de Choiseul

Parchemin  prix 300 euros
nommination-cornic.jpg
Autre brevet de Lieutenant de Vaisseau pour le Sr CORNIC signé mais non daté !




prix 300 euros.
Contrat pour la livraison et  transport d'armes. entre  g.n. Baudard écuyer seigneur de Vaudesir,trésorier  général des colonies,propriétaire de la  manufacture d'armes de Charleville  et   Emm Blondel de Beauregard,armateur   du vaisseau " Le prevost de Paris" destiné  aux îles de France et de Bourbon.  les contractants conviennent d'une livraison à  l'armateur de "deux mille fusils de traitte  français à  la grenadière garnis en cuivre"  lesquels seront payés par le sieur de  Beauregard "sur le pied de neuf livre chaque" 40 joiur après l'arrivée du vaisseau
transportant les armes dans le port de l'Ile
  de France.
Contrat notarié daté de Paris 
le 21 février 1767.


Prix du document:  360 euros.

Je soussigné Canonnier royal préposé à l'instruction des apprentis-canonniers du port de Brest certifie que le nommé jean-louis  haigueré  matelot de Calais agé de vingt sept ans  natif de ouarje fils de antoine haigueré & de Marie jeanne Le Roy a été instruit aux écoles & exercices du canonnage de ce port ,depuis le quatre avril 1769 jusqu'à ce jour,que le présent certificat lui a été expédié A Brest le trente un Mars  1770
certificat d' instruction
pour un apprenti 
canonnier
Artillerie de la marine:
Certificat d'instruction.
Port de Brest
le trente mars 1770.
 
     

signé par le chevalier
de  LIGNEVILLE.

prix de vente 150 euros

Manuscrit

Etat des navires des marines de France d'Espagne,d'Angleterre,

du Dannemark et de Russie      en 1771

un volume manuscrit  de 128 pages in-12

reliure d'époque veau fauve

prix 510 euros

lieutenant_fregate.jpg
lieutenant-fregate.jpg
brevet pour le Sr Leziart du Dezeseul enseigne de vaisseaux de la Compagnie des Indes
signé Louis contresigné Bourgeois de Boynes  et au verso  signé par le Duc de Penthievre amiral de France signé L.J.M de Bourbon
BREVET DE LIEUTENANT
DE FREGATE  DE LA CIE DES
INDES
sur velin


enregistré  en mars 1772
à BREST




prix:  480 euros      33x25cm
TITRE       DE     PENSION

Direction de Saint Malo. Controlle général de St Brieux  capitaineie générale de St Servan.  Ordre d' Installation  brigade de Ste Lunaire employé d'ordre  je prie monsieur Bammier d'établir le Sr Tardivel en qualité d'employé d'ordre accés poste à la place du Sr Dupré qui passe ailleurs  de donner audit Sr Tardivel toutres informations necessaires pour se bien acquittaer des fonctions  de son emploi & de faire payer de ses appointements du jour quinze du courant  à la charge par ledit Sr Tardivel s'il ne l'a fait,de prêterle serment accoutumé,&  de remettre le présent Ordre,revêtu de ses formalités......
malo
malo_
malo___


 

Douanes fermes
 du Roi

15 mars 1772.


prix de vente
110 euros

menton-
menton_

menton
menton__

menton_
menton___


Extrait du greffe de l'Amirauté de Menton le 24 janvier  1747.


creances
creance
creance__
creance--


  octobre  1758
Arret du ROY  Créances et
Dettes de la marine

                                                                                        Voir aussi notre page iconographie sous Louis XV

Tableau     d' adresses  e-mail     de : collectionneurs,Acheteurs,vendeurs...
Un des but d' Internet est la "communication" "la rencontre aisée de personnes,afin d' utiliser cette facilitée,nous  serions heureux  d'indiquer dans ce tableau les "adresses e-mail" de toutes personnes désirant vendre,acheter,collectionner,des Objets,peintures, documents, ayant un rapport  avec   la page ci-dessus, (nous ferons de -même au bas de chaque page de notre site, qui couvre tout les domaines maritimes). Si vous désirez y figurer,(ou ne plus y figurer)  contactez nous
le 4 novembre 2010  Monsieur                veuillez trouver ci-jointe une gravure représentant
 le Duc de Penthièvre
Louis  Jean Marie  De BOURBON  DUC DE PENTHIEVRE  Grand Amiral De France né à Rambouillet le 16 septembre 1725 présenté par son tres humble serviteur Bligny
armoirie-duc-de-penthievre.jpg
penthievre-ecusson.jpg
duc_de_penthievre_estampe.jpg
duc-de-penthievre_estampe.jpg
penthievre.jpg
penthievre-.jpg
le 1 octobre 2008.
Messieurs,
Je vous confirme mon interet pour tout objet / document relatif a la region de Sait-Malo aux XVII et XVIII emes siecles et en particulier mais pas seulement ce qui touche aux activites corsaires.
N'hesitez pas a me proposer des objets de qualite. Je suis joignable a l'adresse email ci-dessous   Merci d'avance.  Cordialement 
Jacques Petry    petryj@wanadoo.fr
 Le 18 mai 2005. 
Bonjour,
Je recherche tout document relatif au vaisseau "Comte de Provence" de la Cie des Indes (1756-1766), en particulier sa mission de Lorient à Pondichéry, à partir du 30 décembre 1756 :
livre de bord, rôles, cartes marines, plans, documents d'armement et d'équipage, ...
Bien cordialement,  D.BECQ      dbecq@hotmail.com

            Extraits  de  "  La  marine  de Louis  XV   "  sur  Wikipedia...                                .Il n'y a rien à ajouter .......

Cette époque est souvent considérée comme difficile pour la marine française, l'effort naval étant limité sous la Régence (1715-1726) et sous la minorité de Louis XV (le pays étant dirigé par le cardinal de Fleury jusqu'en 1743). Le jeune roi grandit dans une « bulle dorée » à Versailles, loin des questions navales et sans jamais avoir vu la mer pendant son enfance, alors que son arrière-grand-père, Louis XIV avait déjà parcouru huit fois les rivages atlantiques et méditerranéens avant sa prise de pouvoir en 1661. Des deux côtés de la Manche, après l'éprouvante guerre de Succession d'Espagne on a fait le choix de la paix, mais Londres maintient un effort naval important qui s'explique par une méfiance chronique vis-à-vis de Versailles et la volonté de conserver l'avance acquise lors du conflit précédent. Côté français on fait le choix inverse, sachant qu'il faut aussi épurer les dettes du précédent règne, en plus de montrer sa volonté de rupture avec l'ancienne politique louisquatorzienne, jugée trop agressive. Le budget de la marine reste donc à un bas niveau pendant toutes les années 1720-1730. Sur un budget de l'État annuel de 180 à 200 millions de livres, le ministère de la Guerre en consomme entre 30 et 33 %, la marine seulement 5 à 6 %

Beaucoup de vaisseaux pourrissent à quai. Certains sont transformés en engins de port, d’autres en navires de servitude ou en pontons. Visitant Toulon en 1716, le maréchal de Villars se désole de l'état d'abandon des anciennes citadelles flottantes qui, « auparavant allaient porter la gloire du roi, celle de la nation et la terreur de nos armes jusqu'aux extrémités de la Terre ». En 1720, les ateliers et magasins de Brest, Toulon et Rochefort sont presque à l'abandon. Les intendants de marine notent dans leurs rapports la pauvreté de certains jeunes officiers, tout comme l'herbe qui pousse entre les pavés des arsenaux désertés. La situation des ouvriers et des maitres de métiers est des plus précaire. Le ministère et les responsables des arsenaux s’efforcent de leur trouver de l’emploi en les occupants aux démolitions des vieux navires et en les faisant travailler pour la construction au commerce. Il faut jongler avec les crédits pour assurer quelques lancements, construire la coûteuse forteresse de Louisbourg qui défend l'entrée du Canada et entretenir le peu utile corps des galères

En 1721, l'effectif global de cette flotte en état « d'abandon organisé » est de trente-et-un navires, soit à peine plus qu'en 1661. Du fait de la chute des constructions commencé pendant le dernier conflit de Louis XIV, l’âge moyen des vaisseaux était passé de 12 ans en 1702 à 18 ans en 17134. En 1720, l’âge moyen est maintenant de 24 ans, soit presque 10 ans de plus que la durée habituellement prévue pour les bâtiments. Deux vaguelettes de constructions, en 1722-1724 puis en 1727-1728 tirent quelque peu les arsenaux de leur léthargie et apportent un semblant d’air frais à la flotte8. Vingt vaisseaux et quatre frégates sont lancés en trois ans, puis, après une pause, trois autres vaisseaux et six frégates viennent s’agréger aux vieilles unités qui pourrissent à quai8. En 1729, il y a en théorie cinquante-et-un vaisseaux disponibles, mais le nombre réel n'est que de trente-huit. Cette « ombre de flotte » (Jean Meyer, Martine Acerra)8 est suffisante pour lutter contre les Barbaresques en Méditerranée (expédition contre Tripoli menée par Duguay-Trouin), envoyer une petite escadre en mer Baltique pendant la courte guerre de Succession de Pologne, ou une autre en représentation jusqu'à Stockholm (1739) mais on ne peut guère prétendre à plus

Les petites interventions avant la Guerre de Succession d’Autriche posent aussi la question de l’état du corps des officiers. Duguay-Trouin est un vétéran des guerres louisquatorziennes. Il n’est pas le seul. La plupart des chefs qui vont servir jusque dans les années 1740 sont dans cette situation. Ils ont été, dans l’ensemble, bien formés par la dure expérience des derniers conflits du règne précédent, ce qui constitue un capital humain précieux. Avec intelligence, le ministère les maintient en fonction, ce qui achève de les professionnaliser. Ils sont à peu près 1 200, soit en gros le même chiffre que sous Colbert-Seignelay, nombre qui va rester stable jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Cet état de fait souffre cependant d’un gros point noir : le manque d’entraînement. Alors que la Royal Navy maintient une forte présence à la mer de ses vaisseaux et de ses hommes en temps de paix pour les former et les endurcir, on ne trouve rien de tel côté français par manque d’argent. Les équipages et les jeunes officiers doivent se contenter le plus souvent de manœuvres et d’exercices dans les rades qui ne fournissent qu’une très médiocre expérience. En échange, les officiers reçoivent une formation théorique plus poussée à terre. Elle ne peut cependant pas compenser la richesse d’un entraînement « réel » dans une escadre d’évolution que le ministère est dans l’incapacité de financer. Cette tendance lourde va perdurer jusqu’à l’avènement de Louis XVI.


La marine a cependant la chance de disposer d'un ministre talentueux en la personne de Jean Frédéric Phélypeaux de Maurepas. Ce dernier, nommé secrétaire d'État à la Marine à l'âge de 22 ans « alors qu'il ne savait même pas de quelle couleur était la mer, » est passé jusqu’à la fin du XIXe siècle pour un courtisan léger juste capable de faire des bons mots. Les historiens l'ont maintenant réhabilité en reconnaissant l'ampleur de son travail mené dans un contexte budgétaire très difficile. Maurepas se passionne sincèrement pour son ministère et fait partie de ces rares secrétaires d'État à la marine qui savent quitter leurs bureaux pour visiter les ports. Il se rend dans les arsenaux de Brest et Rochefort en 1727 pour connaître leurs besoins et rechercher des hommes compétents. Il demande une augmentation substantielle des dépenses navales afin de pouvoir protéger le commerce maritime en pleine expansion. En vain.

Maurepas cherche alors d’autres solutions. La première lui vient de la science lorsqu’il recrute Duhamel du Monceau. Membre de l’Académie des sciences depuis 1728, Duhamel du Monceau est un touche-à-tout savant doté d’une insatiable curiosité intellectuelle. Botaniste et agronome au départ, il devient le conseiller technique de Maurepas lorsque celui-ci le nomme comme inspecteur des constructions en 1732 puis comme inspecteur général de la marine en 1739, poste créé pour lui. Foisonnant d’idées et de solutions, Duhamel du Monceau est aussi un remarquable découvreur d’hommes et un infatigable voyageur

Entre 1737 et 1749, il multiplie les déplacements, les observations, les expériences. Un voyage en Angleterre lui permet de rédiger un mémoire sur la marine de ce pays. L’année suivante il intervient à Rochefort pour sauvegarder les bois de mâture menacés de pourrissement. En 1740, il mène à Brest des expériences sur les cordages et installe à Lorient l’année suivante une étuve pour courber les bois de bordage puis repasse à Rochefort pour restaurer certaines infrastructures. À partir de 1743, il dresse un état des provinces littorales en les parcourant, étudie les possibilités d’implantations portuaires, la navigation interport et la conservation des grains dans les arsenaux. La multitude des sujets abordés et des lieux visités rend compte de l’activité d’un homme au fait des affaires maritimes, chargé de renseigner Maurepas sur les aspects essentiels au développement des forces navales : qualité des approvisionnements, bonté des rades, amélioration des techniques de production, formation des constructeurs de marine

À ces expériences et enquêtes d’un savant reconnu, Maurepas ajoute une deuxième solution : l’espionnagePour ce faire, il utilise les ressources de deux constructeurs au talent déjà reconnu : Blaise Geslain et Blaise Ollivier. Blaise Geslain est envoyé en Angleterre en 1729 Sous couvert de formation professionnelle, les ordres donnés au jeune constructeur sont clairs : il doit apprendre la langue du pays, puis « il s’instruira des principes que les Anglais suivent pour la coupe de leurs vaisseaux ». Il doit se procurer des tableaux, des mémoires et tous les documents nécessaires pour se faire une idée des proportions et des rangs de chaque type de navire de la flotte britannique. Il doit s’efforcer de dresser des plans où « il distinguera par des lignes de différentes couleurs les changements qu’il y aura entre les gabarits anglais et ceux de France, avec les observations particulières des principes sur lesquels elles sont fondées ».

En 1737, alors que la rivalité coloniale et commerciale commence à tendre les relations entre Versailles et Londres, c’est le constructeur Blaise Ollivier qui est envoyé aux Provinces-Unies et en Angleterre pour « y prendre des principes plus certains que ceux que l’on suivait en France ». Toulonnais installé à Brest depuis 1720, Blaise Ollivier a déjà fait preuve de ses excellentes capacités intellectuelles en rédigeant en 1727, à bord du vaisseau l’Achille un mémoire sur la construction navale dans lequel il aborde les qualités et les défauts des vaisseaux français, en suggérant des solutions pour les améliorer Son séjour de six semaines aux Provinces-Unies et de trois mois en Angleterre lui permet de rédiger des « mémoires sur la marine des Anglais et des Néerlandais ». Il y énumère et classe tous les vaisseaux de la flotte anglaise, y décrit tous les grands arsenaux et leurs caractéristiques comparées aux infrastructures françaises   Il y analyse aussi les principes et les méthodes de construction de ces deux nations maritimes. En 1739, Blaise Geslain retourne aux Provinces-Unies sous un faux nom pour le même motif d’espionnage.

Les conséquences de cette politique de renseignement d’une part, d’éducation par observation et comparaison d’autre part, donnent des résultats presque immédiats. Les missions remplies par Blaise Geslain et Blaise Ollivier permettent d’améliorer l’art de la construction navale, mais instaurent aussi pour tous les jeunes sous-constructeurs l’obligation de circuler d’un port à l’autre. En effet, à son retour d’Angleterre, Blaise Ollivier adapte à ses vaisseaux certaines pratiques observées (avec pragmatisme car il reconnait aussi l’excellence des méthodes françaises). Devant les résultats positifs obtenus à Brest, Maurepas ordonne le séjour systématique auprès d’Ollivier des constructeurs des autres ports « afin de s’instruire à fond de leur art ». Ils retournent ensuite dans leur arsenal d’origine, où ils sont tenus d’appliquer leur nouveau savoir. Ce rôle éducatif d’Ollivier est déterminant dans l’uniformisation des méthodes de construction navales13.

En 1741, ces échanges deviennent obligatoires. Le jeune sous-constructeur qui ne s’y plie pas voit sa carrière bloquée    . Une nouvelle étape est aussi franchie cette année-là avec la création de la Petite École de Construction de Paris qui deviendra la Grande en 1748 et s’installera aux Tuileries   Duhamel du Monceau est à l’origine de cet établissement. Ses multiples tournées d’observation l’on amené à remarquer que la plupart des constructeurs travaillaient « au hasard et sans principes » et que faute d’être suffisamment instruits ils manquaient beaucoup de vaisseaux . Au sein de cette nouvelle école, les futurs constructeurs reçoivent un enseignement théorique à base de mathématiques et de physique afin de mieux maîtriser le calcul de leurs plans des vaisseaux. Duhamel du Monceau effectue lui-même le premier recrutement d’élève en la personne de Clairain des Lauriers. Sa formation est exemplaire du mode éducatif mis en place et dont l’esprit sera repris par l’ordonnance de Choiseul en 1765. Distingué pour ses qualités prometteuses, il est envoyé à l’école, où il séjourne durant un an. Il y reçoit un enseignement de mathématiques, géométrie, mécanique, physique. Ses progrès, sanctionnés par ses maîtres, sont récompensés par le ministre qui l’envoie à Brest appliquer la théorie qu’il vient d’apprendre, sous l’autorité de Blaise Ollivier  Le jeune Joseph Marie Blaise Coulomb, issu de la vieille dynastie des Coulomb qui « règne » sur l’arsenal de Toulon depuis le milieu du XVIIe siècle intègre l’école lui aussi.

Maurepas, aidé de Duhamel du Monceau, a donc substitué à la formation théorique, ponctuelle et locale donnée dans les arsenaux, un enseignement institutionnalisé et uniforme au sein d’une école de recrutement national implanté à Paris. L’équilibre entre la formation théorique et la pratique d’un aîné qualifié est atteint. Les progrès des constructeurs, qui en contrepartie perdent de leur indépendance, permettent la mutation technique, lente mais irrémédiable de la marine de guerre  . Celle-ci va progressivement éliminer les vieux modèles et entrer dans l’uniformisation des séries de vaisseaux, donnant par là réalité à un rêve que Colbert avait en vain caressé en son temps

les campagnes

elles sont limitées à quelques engagements contre les Barbaresques et à quelques démonstrations dans la Baltique, à cause de la longue période de paix que connait l'Europe après 1713 et en raison de la prudence du gouvernement français lorsque se déclenche un nouveau conflit d'envergure en 1733.

Profitant de la léthargie de l’escadre de Toulon, les corsaires musulmans de Tunis, de Tripoli et d’Alger font leur réapparition sur les côtes provençales, reprenant leurs traditionnels pillages et rançonnages48. En 1727, Versailles se décide à réagir en combinant l’action de six vaisseaux de Brest envoyés faire leur jonction avec cinq de Toulon. Sans grand effet : un navire de 38 canons est capturé aux îles d’Hyères, mais finalement restitué au bey de Tunis avant de faire une stérile démonstration devant Alger48. En , une petite force partie de Toulon (deux vaisseaux, quatre frégates, une flûte, trois galiotes à bombes et deux galères) force le bey de Tunis à verser une indemnité de 100 000 livres puis s’en va bombarder pendant six jours Tripoli qui a refusé tout arrangement48. En 1731, nouvelle croisière, menée cette fois par Duguay-Trouin avec quatre vaisseaux48. L’entreprise tourne cependant à la promenade militaire, toutes les villes se soumettant ou lui faisant bon accueil dès que parait son pavillon49. L’escadre visite encore les Echelles du Levant, Chypre et Rhodes avant de rentrer à Toulon le 1er novembre48. En 1734, une escadre de neuf vaisseaux est envoyée sur Alger, mais sans rien entreprendre contre le port48. En 1737, sous le commandement du marquis d’Antin, deux vaisseaux et trois frégates envoyés contre Salé, sur la côte du Maroc, obtiennent la libération de sept cent cinquante et un captifs chrétiens48. En , avec deux brigantins et onze coralines génoises, on tente de s’emparer de l’île de Tabarca, dont l’intérêt militaire parait évident pour contrôler la côte tunisienne. L’échec est complet (et sanglant)

La guerre de Succession de Pologne (1733-1738) est fondamentalement continentale, mais force le gouvernement français à activer l’escadre de Brest, même si le cardinal de Fleury en limite strictement les mouvements pour ne pas inquiéter l’Angleterre qui est restée neutres. En 1733, une petite force de neuf vaisseaux et cinq frégates porteuse de 1 500 hommes de troupe est concentrée dans la Baltique pour appuyer le nouveau roi de Pologne qui vient d’être élu avec le soutien de la France contre le candidat des Russes et les Autrichiens. Elle reste cependant mouillée à Copenhague, puis est rappelée à la fin de l’année, alors que le nouveau souverain, Stanislas Ier, doit quitter sa capitale sous la pression de l’armée russe et se réfugier dans la forteresse portuaire de Dantzig. Assiégé par des forces considérables, il attend l’aide de Louis XV — qui ne peut venir que par la mer — pour sauver sa couronne. En , Duguay-Trouin reçoit le commandement d’une escadre de quinze vaisseaux censée partir pour la Baltique, mais elle est désarmée en novembre. Fleury limite l’aide à quelques bâtiments embarquant un renfort de 2 000 hommes, (et qui n’emportent que sept cartouches chacun…) La petite troupe, arrivée en , se rembarque immédiatement au vu d’une position devenue intenable alors qu’au même moment Versailles engage des dizaines de milliers d’hommes sur le Rhin et en Italie du nord contre l’Autriche, choisie comme cible principale. En 1735 on parle d’armer vingt vaisseaux. Mais avec la   hute de Dantzig l'année précédente (), la fuite de Stanislas et la signature des préliminaires de la paix de Vienne, l’escadre est à nouveau neutralisée. Les Français ont tout de même capturé une frégate russe de 36 canons, le Mittau dont l’équipage va servir à un échange de prisonniers. Malgré l’échec en Pologne, la guerre est victorieuse pour la France. La flotte n’y a joué qu’un rôle tout à fait secondaire, sa mission se limitant à apporter un soutien symbolique à un roi de Pologne qui n’avait de toute façon pas les moyens de se maintenir sur son trône. Un trône pour lequel le gouvernement du cardinal de Fleury avait refusé dès le début d’envisager une guerre lointaine nécessitant une forte mobilisation navale, laquelle aurait tôt ou tard provoqué l’entrée en guerre de l’Angleterre aux côtés des Russes et des Autrichiens

L'article  continu   vous pouvez vous y reporter  !!!!!!!



Donnez  nous  d'autres informations sur l'art et la marine?
                      participez aux blogs                                http://antiquairemarine.blogspot.com   

  http://librairie-maritime.blogspot.com
                                                                    
  http://photographie-maritime.blogspot.com    
    
  ..........Vous désirez vendre  ?..........
  Mettez une annonce  Gratuite  et consultez  la  page :
 
   http://librairie-marine.com/documents/general/grenier.html
....et traitez directement avec un éventuel acheteur !.    
et visitez  les sites conjugués
http://historic-marine-france.com

http://peintres-officiels-de-la-marine.com

http://librairie-marine.com


facebooks-livres
  http://www.facebook.com/pages
/librairie-marinecom/
100720683348651?sk=wall