historic-marine-france.com présente:         Documents  maritimes sous Louis XIV.
librairie-marine.com                               notre ambition devenir votre: "  librairie maritime . "      e-mail  : librairie.maritime@gmail.com

" Votre écriture  est si difficile à lire que je vous prie de vous servir de la main  d'un secrétaire pour écrire vos lettres" ......
                                                                                                                                             Colbert s'adressant à d'Estrées!

La marine de Louis XIII et de Louis XIV. documents maritimes
Louis XIV   "le roi soleil"   a régné pendant  54 ans de 1661 à 1715. documents en vente chez      Delcampe..
portrait-louis
Quelques portraits de Louis XIV.
louis_XIV
louis-XIV
rigaud
louis_quatorze

Un grand ministre jean-baptiste Colbert ,travailleur acharné, veut enrichir la France grace à l'industrie et
le commerce,il crée des manufactures,et veut que la France ait une marine puissante afin
de tenir tête à celle des Hollandais et des anglais,il aménage Le Havre- Dunkerque-Brest
Toulon;construit des navires marchands des vaisseaux,recrute des marins ,visite les ports.
encourage les négociants à faire du commerce avec les Indes et l'Amérique.Des français s'installent
au Canada,et Cavelier de la Salle explore le Mississipi."La Louisiane".(en 1682)
Louis XIV  ne s'est pas interessé à la marine,(il a quand même visité Dieppe en 1647,Bordeaux en 1650,Dunkerque en  1658
Marseille en 1660,Nantes en 1661,à nouveau Dunkerque en  1662 et 1680, avec jean-Bart
)
mais grace à Colbert pendant 20ans
  la France est  une grande puissance navale en Europe.
En 1662  Colbert rachète Dunkerque à l'Angleterre Le port de Dunkerque à l'entrée
                     de la mer du Nord avait une grande importance à cette époque

               en effet ,marchands de blé, d'épices,de bois,de minérais ,tout ce qui allait en Hollande,
               en Allemagne,en Norvége,dans la Tamise passait à portée des corsaires dunkerquois.
               Ce port a un passé compliqué "domination des ducs de Bourgogne,puis de l'Autriche,
               de l'Espagne en 1516 .De la France en 1646.(perdu 6 ans plus tard)puis anglaise,a nouveau
               francaise en 1662",Dunkerque est liée à Jean Bart.Corsaire puis chef d' Escadre.

1665    .Les français s' installent à Saint-Domingue.
1667 le traité de Bréda fin des hostilités entre la France,l'Angleterre et les Provinces Unies.(la paix va durer 5ans!)

1672  . Louis XIV allié des anglais déclare la guerre à la Hollande.
Jean Bart commence la guerre de course et accumule les prises.
Bataille de Solebay  ( D'Estrées ,York et Sandwich contre Ruyter).
Les alliances changent les français se retrouvent seuls contre la Hollande et l'Espagne et la guerre se transporte
en Mediterranée Ruyter contre Duquesne          bataille de Palerme 1676.

1678.paix de Nimègue
1679.    Jean Bart est admis dans la marine royale comme lieutenant vaisseau
1683      Mort de Colbert  son fils Seignelay  prend la charge.
1685     Supression de l'édit de Nantes,  lourde faute les protestants émigrèrent.

1688 La guerre contre la ligue d'Augsbourg.louis XIV poursuit une politique d'annexion vers le Rhin
en Angleterre Jacques II ,est remplacé ,et va se refugier en France ...  En gros la France a toute l'Europe contre elle!!!

les provinces-unies, la Grande-Bretagne,l'Espagne,et l'empire Germanique!!!!grace à Colbert on avait la maitrise des mers,
claude de Forbin et jean -bart combattent ensemble
1689   départ de l' escadre de Louis Gabaret avec Château-Renault 24 vaisseaux (avec JacquesII à bord!)pour un  débarquement enIrlande;
combat en baie de Bantry ,contre l'amiral anglais Herbert, bataille indécise,le débarquement a lieu.
1690.   Tourville appareilla de Dunkerque avec 70 vaisseaux,(magnifique escadre) pour détruire la flotte anglaise,les anglais
doivent se battre et c'est  la victoire de Bévéziers ou Beachy Head
  qui oppose Tourville,Jean-Bart,Chateau-Renault à
 la flotte anglo-hollandaise ,
amiral arthur Herbert et amiral Van de Putte,l'escadre ennemi échappe de peu d'un désastre complet.
la flotte retourne ensuite à Brest.
Quelques opérations coloniales. guerre de course,prise du Philip -Herber,combat à Madras,
1691.TOULON    Le vice amiral d'Estrées  appareille pour soutenir Catinat il en profite pour bombarder  Barcelone.
          BREST.      Tourville doit s'opposer aux flottes anglo-hollandaises,et capturer des convois marchands,
          Dunkerque   Jean-Bart capture 2 navires anglais avec leur convoi,et un hollandais.
1692  .Le chevalier des Augiers à bord du Maure capture un convoi hollandais.
et c'est la décision d'envahir  l'Angleterre  pour y remettre Jacques II ,les navires de Brest,Rochefort puis Toulon
tous sous les ordres de Tourville devaient embarquer l'infanterie,aller au Havre et ensuite tous se jeter sur l'Angleterre.
Ce plan fait par des fonctionnaires  était mauvais, les flottes ne purent être prêtes ensemble ,du fait de retards etc...
Cela va se terminer par  un combat de Tourville 44 navires  contre  98 navires  anglo-hollandais 
c'est la bataille de LA HOUGUE  belle lutte des français à un contre deux.
Tres honorable  défaite.
1693. Conséquences de la Hougue,la marine attaque le commerce  maritime.  La guerre de course,
prise  du convoi de Smyrne  par Tourville.
1694.Victoire du Texel   Jean-Bart contre les hollandais (amiral de Hydde de Vries) récupération d'un convoi de blé.
        D ' Iberville s' empare de Terre Neuve.
1695.     Les combats  individuels ou à  plusieurs sont nombreux. La guerre de course bat son plein
1696.   Bataille du Dogger Bank  contre les hollandais ( jean Bart encore).
 La Manche semblaient abandonnée aux corsaires français qui allaient prendre les navires de commerce
 anglais même en vue de Plymouth.

Aux colonies même guerre de course,  pierre Le Moyne d'Iberville détruisent les installations anglaises de la baie d'Hudson.
combat aux Antilles,  à Terre-Neuve ,à Saint Domingue.
Seignelay meurt  il est remplacé par Pontchartrain qui ne connaissait rien aux affaires navales
1697 TOULON.  Vendôme général des galères appareille pour s'emparer de Barcelone. avec d'Estrées  et 9 vaisseaux.
               Colonies: attaque de Carthagène en Amérique centrale  par ichef d'escadre avec des corsaires.  7 vaisseauxet 14 corsaires.
                              (Véritable roman d'aventures que celle de  Pointis et de ses alliés pirates et corsaires.)

  La paix de Rysvick.  La France n'a plus de finances,les hollandais sont épuisés l'espagne veut négocier.
                   Tourville prend sa retraite il a étén un grand amiral français. et Jean Bart  décéde de pleuresie

1698/1699La paix est incertaine ,le ministre de la marine Pontchartrain fils laisse la flotte se désagréger
                    politique de restriction, la marine anglaise se renforce,la marine espagnole est inexistante  

1700            .La mort du roi d'Espagne  laisse entrevoir une nouvelle guerre!!!!!

1701.            L'amiral Coetlogon  avec Château-renault 30 vaisseaux,doit escorter une" flota  "d'or espagnole.
                     la guerre est à nouveau déclarée 
au cour du voyage  l'escadre se  réfugie à Vigo ,elle  y  subit un desastre
                     perte du Fort,de l'Oriflamme,
du Prudent,du Solide,du Dauphin,et deux frégates,4 échoues,6 capturés.
 Colonies:                  Ducasse fait une tres belle action contre l'amiral Benbow.
DUNKERQUE.        La guerre de course  repart  avec Saint-Pol-Hécourt,
1702/1703.
1704.   Brest     Le comte de Toulouse et d'Estrées appareille avec une tres grande flotte part pour la méditerranée
            suite à la prise de Gibraltar par les anglais rencontre avec l'escadre anglaise de Rooke
             Bataille de Malaga,français contre anglo-hollandais, forces égales ,bataille sanglante et indécise.
1705.    La France  n'a plus d'argent,reprise de la guerre de course, De pointis ne peut rien y faire.
Gibraltar restera anglais.
1706    .Espagnol et français ne peuvent pas reprendre Gibraltar ,la flotte se retire à Toulon.
1707     Toulon est même menacé par l'amiral anglais  Shovell.
1708.    Les anglais s'empare de Minorque Ils ont  la maîtrise de la Méditerranée.
1709     Pour remplir les caisses vides la guerre de course avec Forbin,Duguay-Trouin, jacques Cassard qui ramène du blé.
Ducasse ils sont sur toutes les mers.
1710.
1711     Duguay-Trouin  appareille avec 7 vaisseaux  plus 2 corsaires, vers Rio. il rançonne les Portuguais.
            Autre expédition par l'Aigle sur Livourne
1712.    Colonies toujours la guerre de course,mais les possessions françaises d'outre-mer sont à la merci des anglais.

1713.Paix d'Utrecht (perte de Terre-neuve de l'Acadie et des territoires de la baie d'Hudson. Saint Christophe,destruction du port de Dunkerque).
A la fin du règne la France est épuisée la marine en ruine,,le grand vainqueur de toutes ces guerres est l'Angleterre.
voir aussi la page    Iconographie   sous louis XIV

                                                                       sous
                                                                                                 LOUIS XIII

choiseul
choiseul-cesar
Le marquis Pallavicini est envoyé vers le grand Duc de Toscane  pour l'informer  des résolutions que nous avons prises et parce qu'il fauldroit trop de temps vous en desduire le détail nous l'avons chargé de vous donner part de tout  A bord de  " l'Amiral   "   en rade d'Elbe 4 octobre 1646



César de Choiseul comte du Plessis-Praslin( 1598-1675)
lettre signée

 cosignée par le maréchal de la Mellerie

4 octobre 1646

prix 250 euros
                                                                          ..        sous           LOUIS XIV.

piraterie
Relation de ce qui s'est passé a Alger au mois de Mars dernier de la présente année 1669.
LE ROY  ayant accordé la paix au Divan d'Alger suivant le traitté que le Sieur Trubert conclut avec eux le 17 may de l'année 1666 ce Traitté a été assez ponctuellement exécuté jusqu'en l'année dernière 1668 que les Vaisseaux de cette Ville là allant au secours de Candie par le commandement du grand seigneur qui avait envoyé  un aga pour les y conduire auroient pris par du di aga un Vaisseau de la Ciouta qui venait de Candie ou il avait porté des Vivres aux assiégés.  Depuis ce temps là les mêmes Corsaires ayant rencontré une Barque de la Ciouta qui venait d'espagne prirent ses provisions de vivres qu'ils y trouverent  et encore depuis ils ont pris l'argent comptant trouvé sur un autre navire de Marseille & encore un autre vaisseau partant de Lisbonne qu'ils emmenerent à Alger sans y rien prendre. Toutes ces conttaventions manifestes ont obligé le Roy de prendre la resolution de leur faire la guerre avec des forces si puissantes qu'ils fussent obligez à l'avenir de garder leur parole avec plus de soin par la crainte des pertes qui pourraient arriver ,et pour cet effet  sa Majesté envoya quatre vaisseaux seulement sur les Costes de Barbar ie sous le Commandement du  Sr Comte de VIVONNE   avec ordre de voir leur contenance ,de se faire voir a la dite Ville ,et d'observer la conduite qu'elle tiendrait à son égard  Le dit Sieur Comte de Vivonne ,arriva devant la dite Ville d'Alger le 28 mars dernier ,quelques Marchands de Marseille l'étant venu trouver à son bord lui apprirent  les particularités des prises dont il en parlé cy dessus...........................................................
Deux pages et demie manuscrite sur les actes de piraterie barbaresques donnant la relation de ce qui s'est passé à Alger

 au mois de mars 1669 .






prix: 340 euros
Nous le comte de Vivonne  ayant ait choix du Sr de Montaulion pour continuer 
 a me servir en qualité de Capitaine de l'une de mes galère 
Je vous fais  cette lettre pour voux ..... a vous dire  
que je l'ay choisy pour commander ma galère appelée la St Louise pardam la prochaine campagne et que vous ayez
 à l'installer dans lad Charge ou a le faire reconnoishe de tous lerr officiers qu'il appartendra,...

Je prie Dieu qu'il vous aye   Nous le comte de Vivonne on a la garde 
Nomination par Louis XIV d'un capitaine de galère.
signée LOUIS.

écrit à Versailles le 18 février 1671.
Signé LOUIS.
prix de vente de ce document unique
encadré : 800 euros.



colbert
colbert-jean-baptiste
jean-baptiste-colbert
Extrait des registres du Conseil d'Etat
relative à l'administration de La Rochelle
prise de navire


Extrait des ...du coseil d'Estat
Nous par le Roy estant en son conseil  la procédure .Saisi. en l'administration de la Rochelle  sur le rapport de pierre  Morin  du navire la Comprise commandé par le Sieur Soran   la frégate de        suivant laquelle aurait tiré un coup de canon croyant que ce batiment marchand ou qu'ayant apercu que c'était un  navire de guerre  il aurait  jetté deux pieces de canon à leur grande ancre  a la mer  fui promptement    apres avoir tiré plusieurs coups de canon
le Roy estant en son conseil a déclaré la frégate la Ste Antoine Agrez et apparaux de bonne prise et leur a adjugé ....
Jean -Baptiste COLBERT
parchemin sur velin
signé Versailles
26 septembre 1676.
2 pages in-4




prix de vente 850 euros
claude-forbin.jpg
Je soussigné chef d'Escadre   des galères .............................................. Avoir recu comptant de M Jean  Bayoche Giney conseiller du Roy trésorier général des galères par les  mains de son commissaire la somme de Mil Livres pour la pension  que sa Majesté ma accordée en ladis qualité pendant les six premiers mois de la présente année a savoit le &&
et satisfait de ladite somme  jacquitte le tresorier  .................................  du 
fait à Marseille le douze Aout m 6 c-quatre vingt cinq
Quittance signée de
 Claude FORBIN
chef d'escadre des galères de France

 12 aôut 1685


Prix :200 euros.
le_vendosme.jpg comission pour la frégate   Le Vendosme,commandée par le sieur  de l'Espinay Frette Fontaine,lieutenant de galères pour faire armer et équiper à Saint-Malo la frégate
commission_
commission--
commissions


Parchemin manuscrit
en date du 20 décembre 1694

Signé Louis
contresigné par le ministre de la marine
Phelypeaux

prix de vente:450 euros
landerneau
Ce document est signé par 11 membres    du conseil de la marine. Tous de tres grands marins  de Louis XIV. 

Cette piece traite des mesures à prendre pour pour mettre en sureté une vingtaine de Vaiseaux dans la rivière de Landerneauprix de vente de ce document : 1.100 euros.
Le chevalier alain-emmanuel marquis de  Coetlongon.(1646-1730).
Il rentre dans la marine comme enseigne de vaisseau
  en 1670.Il embarque avec Tourville,et dans l'escadre
de Destrées pendant la guerre de Hollande.
  Ses combats sont tres nombreux!bataille d Agosta
de Malaga,contre les corsaires,bombardement
  d'Alger,Bantry,Lagos,il est nommé vice-amiral
en 1716.
   Joseph andrault marquis de   Langeron (1649-1711).
Enseigne de vaisseau en 1670,il lutte contre les
  corsaires avec d'Estrées,captaine de vaisseau en 
1671,il participe a de nombreuses batailles
  Solebay,Schooneveld,Texel,Alicuri,Agosta,
chef d'escadre il participe a Bevezier,Barfleur etc..
Joseph de Nesmond de brie 
il embarque en 1695,participe aux batailles
  de Bévezier, Barfleur,Lagos,il est 
commandant de la marine a Brest  et meurt en 1751.
   Ferdinand comte de De Relingue 
il rentre dans la marine en 1670,comme
  capitaine de vaisseau,il participe aux combats
de Agosta,Alicudi,Texel,Bévéziers,il seconde
  TourvilleIl meurt en commandant le Terrible
lors d'un combat à Malaga en 1704
  Denesmond.Le duc d'Albermale. marquis d'Amblimont.(Thomas claude) françois-louis Rousselet marquis de Chateaurenault.(1637-1716)  (né en 1637,il rentre dans la marine comme lieutenant de vaisseau en 1661,blessé en 1664,nommé capitaine de vaisseau en 1666. Il commande la division contre les corsaires de Salé chef d'escadre en 1673,il passe sous les ordres de Tourville
nommé lieutenant général en 1688 Il a une carrière tres importante

 

Tres   rare piéce signée.
13 Juin 1696.
Ce document est signé par 11 membres
du conseil de la marine.

 
.
galere-du-roi
.Mémoire d'une page recto-verso adressé à l'intendant Nicolas Arnoul,dans lequel lui sont dictées des instructions sur l'administration des galères,concernant les provisions,une levée de soldats,l'achèvement de quatre nouvelles galères et les opérations du comte de Vivonne.
piéce signée 
Pour information.
Le grand Colbert,secrétaire d'Etat,chargé de la marine depuis 1669,voulut doter la France d'une grande marine  de guerre dans  laquelle  les galères devaient jouer un role important,il développa alors rapidement la flotte de galères avec l'aide de son fils le marquis de Seignelay,associé à toutes ses décisions depuis 1672,du comte de Vivonne,général des galères depuis 1669,et de Nicolas Arnoul,intendant chargé de l'administration des galères depuis 1665.
Les galères de la marine du Roi.
 
Louis XIV
 piéce signée(
par le secrétaire de la main)
 et contresignée
 par Colbert de Seignelay
,fils du grand Colbert,Montbard
27 avril 1674,




2pp,in-folio,déchirures marginales
 avec petits manques de papier sans atteinte au texte.
 
 

prix de vente: 430 euros.

seignelay
seignelay-colbert
seignelay_colbert
il donne l'ordre de rendre compte chaque semaine de toutes les affaires ordinaires qui concernent le port et arsenal du Havre de Grace.
et de le prévenir s'il se présente quelque chose d'extraordinaire
"vous estes informé que le Roy veut faire un réglement général sur la construction de ses vaisseaux de guerre afin qu'à l'avenir les charpentiers suivent des règles certaines en bâtissant......

Jean baptiste Colbert DE SEIGNELAY 1651-1690
fils de Colbert secrétaire d'état à la  marine
 2  lettres au sieur Desclouzeaux

Saint -germain en laye 14/16 décembre 1678


prix; 280 euros
estree-
estree

Le  marechal  d"ESTREE



210 euros
.
franches
franche-
franches_-

franches---Estat des bataillons de la marine formés des Compagnies franches par ordre de la cour en 1695







340 euros

.
.Articles et conditions de Paix; accordés par nous  comte d'Estrées Mareschal de france, vice admiral es mers de ponant et commandant l'armée navalle  de tres puissant tres Excellent  et tres jnuines Prince Louis XIIIIé  par la grace de dieu empereur  de france et Roy de Navarre, aux tres illustres Dey,bey,  dinan et milice de la ville  et royaume de Tripoly en Barbarie  29 articles  .............29 JUIN 1685.


ND
 
 

La piraterie maritime était
endémique en Méditerranée aussi 

expédition  d'Espagnols
des Anglais à Alger en 1671.
De Duquesne à Alger en 1682.
et 1683.
D'Estrées en 1688...
et cela n'a cessé
qu'à l'invasion de l'Algérie en 1830!!!
 

 



On remarquera que cet enseigne de vaisseau est placé  sous les ordres d'un capitaine de frégate légére.a cette époque la définition  des frégates était imprécise. Le Faucon a été construit  à Rochefort en 1673. rayé en 1708. affecté en 1696 aux Indes. N Pouillarmont  nouveau garde  le 23 juin 1687.  (garde sans statut nouveau  en 1683 par opposition aux gardes  indépendant antérieurs à 1683)
12 janvier 1693               Signé  LOUIS XIV
.
Ordre d'embarquement sur le  vaisseau le Faucon de l'enseigne  de vaisseau   de Pouillarmont  signé Louis et Phelypeaux
louis le premier des Ponchartrin  successeur de Seigneloy et de Colbert

Enseigne de vaisseau 1janvier 1692.
Tiré dans son pays le 31 mars 1698.
Il n'existe pas de dossier individuel pour cet officier.

prix de vente: 340 Euros.

       

Nous Commandant le Brigantin   du Roy.
Certifions à tous qu'il appartiendra  que Me Pierre Domergue   Munitionaire général des Armées Navales de sa majesté ou son Commis  en ce port a fait embarquer à bord du   Brigantin,les vivres & Rafraichissements  contenus au present Etat,faisant  le nombre de seize cent soixante  Rations que nous avons trouvez  de bonne qualité & bien conditionnez
pour servir à la nourriture de  mon équipage suivant les ordres de  sa Majesté qu'il y à bord du Brigantin nombre suffisant d'ustenciles pour  la distribution d'iceux:En foy de  quoy avons signé le présent certificat   pour servir & valoir audit Domerge   ainsi que de raison  Fait à Brest le 10 juin 1693.
prix de vente 100 euros. encadré.

                                                                                   ;
.
tourville-b
.Région de Sifours  les Embiez,cap naigre.. Dépendance de Sanary au cap de  la Cride
dépendance de Bandolle  dépendance de la cadiére au cap dallon  au cap de fourmigous
depandance de la Ciotat  sous le cap delaigle*depandance  de Cassis  ala chapelle St Pierre.
au chateau  a la pointe de Lombaud.  Disposition des troupes   Les troupes Dolioule seront chargées  de garder les batteries des embiés , cap naigre et cap de la Cride 

Celles du Bausset,Castellet et  la cadiére seront chargées de  garder les batteries du cap dalon 
fourmigou simon roux et de garder   la plage da Lanca da fourmigou 

les troupes de la Ciotat garderon  lesBatteries de la dépandance dudit lieu
Mémoire de ce que nous
Le marechal De Tourville a
ordonné dans la visite qu'il a fait
Le 13 ém avril 1695 le long
des costes depuis Toulon
jusqu'a Marseille.


Document tres rare de 6 pages
prix de vente    650  euros.


henri-duquesne
Rochefort 1 septembre 1697.Henri  DUQUESNE  (1652-1722). capitaine  de vaisseau reçoit 200 livres  pour ses appointements du mois d'aôut  Parchemin sur velin ,oblong in_8  partie imprimé et manuscrit   Henri est le fils d'Abraham ,enseigne de vaisseau en 1666,il a fait la campagne  de Sicile avec son père commandant "Le Parfait" capitaine de vaisseau en 1675. Bombarde Alger en 1683. Protestant comme son père il va se retirer  à Genève.








1697 Rochefort








Prix de vente :350  euros


congé absolu pour un soldat de marine du port de   Toulon
Nous chef d' escadre des armées navalles du Roy commandant de la marine au port et arcenal de Toulon certiffions avoir donné  congé au nommé Louis Cochet de st Léon suivant dans la compagnie  du de Vergons en qualité de soldat et ce pour ce retirer ou bon luy semblera.Pour cet effet nous prions et requerons tous ceux  qu'il appartiendra de le laisser seurement et librement passer,sans lui donner aucun trouble  ny empeschement   fait à Toulon le vingt jour d'avril 1697.
signé    Cogollin chef d'escadre sous Duquesne vers 1700.
Magnifique congé.on trouve souvent des  congés en salle des vente mais rarement une si belle vignette.  au sujet du signataire  La guerre de Hollande.Le 7 juin 1672  le vaisseau "Eole"   de Cogolin qui est dans la flotte de d'Estrées donne l'alarme ,l'amiral Ruyter,et de Witt arrivent sur la flotte, avec 270 batiments.........

Toulon 1697






ND

DIVISION DE BREST CORPS-ROYAL
D'INFANTERIE DE LA MARINE. Régiment de Marine Congé absolu 

6 janvier 1700.
 

Compagnie de Kermorvan
          de la
division de BREST..
ND

 






congé pour soldat
  du régiment  de la marine


200 euros
 
 
 
 
 

11  janvier   1700


begon-lettre

Michel Bégon, cinquième du nom, dit le « Grand Bégon », né à Blois le  et mort à Rochefort le , est un administrateur et officier de plume de la Marine royale. Il est intendant de la marine au port de Rochefort, intendant de la généralité de La Rochelle puis intendant de l'île de Saint-Domingue de 1682 à 1685.
begon-
Lettre de Michel  Begon   8 septembre  1696

Reçu navire corsaire.
180 euros


begon-portrait

trois(rois
trois-roys
trois-roys

Document de 1641.
vaisseau "les trois ROY "



Tableau     d' adresses  e-mail     de : collectionneurs,Acheteurs,vendeurs... Un des but d' Internet est la "communication" "la rencontre aisée de personnes,afin d' utiliser cette facilitée,nous  serions heureux d'indiquer dans ce tableau les "adresses e-mail" de toutes personnes    désirant vendre,acheter,collectionner,des Objets,peintures, documents, ayant un rapport  avec   la page ci-dessus, (nous ferons de -même au bas de chaque page de notre site, qui couvre tout les domaines maritimes). Si vous désirez y figurer,(ou ne plus y figurer)  contactez nous.
Le 24 novembre 2010.  Monsieur
cette courte lettre signée par Duquesne Abraham de 1647 a été vendu  3.400 euros!                                             cordialement.
lettre-duquesne.jpg
le 4 novembre 2010
Monsieur veuillez trouver ci-jointe une gravure qui représente le Comte de Toulouse dernier enfant naturel de Louis XIV
il reçut à l'age de ciq ans la charge d'Amiral de France( le fait de nommer à ce poste un enfant permettait au Roi Louis XIV de conserver la main sur les affaires maritimes)
comte_de_toulouse.jpg
comte-de-toulouse.jpg
louis-alexandre-de-bourbon.jpg
louis_alexandre_de_bourbon.jpg
Louis Alexandre de Bourbon comte de Thoulouze
 fils légitimé du Roy est né le 6 juin 1678 et pourveu de la Charge de Grand Amiral
il a epousé niclaire sophie de Mollinard le 23 février 1729
le 29 janvier 2007.
Monsieur  veuillez trouver ci dessous des lettres en vente à drouot ce jour,cela peut faire plaisir à vos lecteurs!

ensemble de 4 lettres signées Maurepas  et adressées à Clairambault 1697-1698. elles concernent les règlements et ordonnances de la marine rendus depuis l'ordonnance de 1689. Les deux autres lettres concernent aussi la marine elles . vendues : 390 euros
ce même jours il y avait un ensemble de lettres de Pontchartrain jérôme,secrétaire d'état à la marine  vendues 726 euros.


Monsieur,Je suis à la recherche de documents ou correspondances , etc.... ayant un rapport avec le vaisseau le Superbe.Merci de me contacter sur mon email: 
jean-jacques.salager@wanadoo.fr
ICONOGRAPHIE Voir notre page iconographie sous Louis XIV


     Extraits   de     la marine sous Louis XIV   "    dans wikipedia   "             on  ne   peut pas y rajouter grand-chose..........  !

Le roi et Colbert doivent presque tout créer : une grande marine ne peut se concevoir sans chantiers navals, un réseau d'approvisionnement en bois de construction, des fonderies pour les canons, des corderies, des manufactures de toiles, un recensement des gens de mer pour fournir des matelots… et le nerf de la guerre, c'est-à-dire beaucoup d'argent. Louis XIV et Colbert doivent aussi composer avec une opinion publique indifférente aux questions navales, et même hostile dans une large partie des élites nobiliaires et marchandes, pour qui l'investissement le plus sûr est dans la terre, pas dans le grand commerce colonial. Les rois de France vivent aussi en permanence sous le poids d'un puissant « lobby continental » qui estime que l’armée de terre et la diplomatie en Europe sont plus importants que l’aventure coloniale et navale, comme le résument deux des principaux historiens de la marine française, Jean Meyer et Martine Acerra :

« Il existe une différence fondamentale entre la France et l’Angleterre, différence qui marque de son empreinte toute la stratégie navale française du XVIIIe siècle. L’Angleterre n’a qu’une frontière, maritime, à défendre. La France en possède deux d’égale importance : une terrestre et une maritime. Les relations internationales, les alliances de famille, les rivalités entre Habsbourg et Bourbon expliquent le choix politique français de se soucier plus des possibles invasions sur ses franges de l’Est, que de tenter la conquête des mers. La ceinture de fer de Vauban, appuyée sur le réseau de villes fortifiées, n’a pas d’équivalent maritime, même si les bastions de la mer émaillent le littoral. La sécurité terrestre vient en premier et bénéficie toujours de moyens adaptés, tandis que la défense des côtes et des territoires d’outre-mer doit se contenter de budgets toujours inférieurs à ceux de terre, excepté durant la guerre d’Indépendance américaine. »

Compte tenu de ce tropisme terrien, les efforts du règne de Louis XIV n'en sont que plus méritoires. Les recherches menées ces trente dernières années montrent cependant qu’en raison de la longueur du règne et des bouleversements de la conjoncture nationale et internationale il convient de distinguer trois grandes périodes dans la vie maritime et coloniale française de 1661 à 1715, lesquelles correspondent grossièrement à trois marines et trois politiques maritimes : celle de Colbert (1661-1683), celle de Seignelay (1683-1690) et celle des Ponchartrain (1690-1715). L’œuvre de Colbert est d’une telle ampleur qu’elle a pu faire négliger l’action de ses successeurs. C’est une erreur. Cependant, il convient de présenter cette première période navale  en détail avant de traiter à part les deux autres en s’interrogeant d’abord sur la part prise personnellement par le roi dans les choix navals du règne.

Les historiens discutent encore de l’intérêt réel de Louis XIV pour la mer, tant il est vrai que le « roi Soleil » semble avoir vécu, en ce domaine, presque totalement dans l’ombre de Colbert, son entreprenant ministre de la Marine. Deux des principaux biographes du roi émettent, à quelques années d’écart, des jugements très différents. C’est ainsi que François Bluche estime en 1986 que :

« La carrière même de Colbert montre parfaitement l’intérêt profond porté par Louis XIV à la marine, puisque l’élargissement des pouvoirs du ministre en ce domaine est un des actes importants du premier semestre du règne. L’intérêt passionné du Roi pour Dunkerque, acheté à l’Angleterre en 1662, visité par Sa Majesté en 1680, n’est pas seulement militaire, politique et religieux. Il est naval. Alors que, de 1661 à 1683, Colbert a bien travaillé en tête-à-tête avec son maître, pour les questions navales, au moins quatre mille heures, comment tant d’auteurs peuvent-ils répéter que Louis XIV ne s’intéressait que peu aux choses de la marine ? (…) Comment Colbert, même favorisé par sa qualité de contrôleur des finances, aurait-il pu dépenser autant d’écus, équiper et fortifier les ports et arsenaux, construire autant de navires de guerre, bouleverser tant d’habitudes, tourmenter tant d’officiers et de marins, sans l’accord, l’appui, la solidarité et même la constante complicité de son roi »

Mais en 1995 Jean-Christian Petitfils lui donne cette cinglante réplique :

« Contrairement à Richelieu, Louis ne fut jamais vraiment persuadé de la double vocation maritime et continentale de la France. Certes, l’œuvre accomplie par les Colbert (père et fils) le fut avec son consentement, mais qu’en aurait-il été sans eux et leur obstination à ramer contre vent et courant ? Sans doute le roi tirait-il grande fierté de la magnificence de ses escadres, mais les affaires maritimes lui restaient étrangères. Colbert le supplia maintes fois de visiter ses ports, d’inspecter ses vaisseaux : il préférait ses régiments. Pour l’intéresser, on lui présenta à Versailles sur le Grand Canal la maquette des principaux bâtiments de la flotte. Seignelay fit même assembler sous ses yeux un modèle réduit de galère. En vain ! En 1680, à Dunkerque, Louis monta pour la première fois sur un vrai vaisseau. On se fit un plaisir de lui laisser commander toutes les manœuvres, de la mise à la voile jusqu’au branle-bas de combat. Il fut impressionné par l’ordre et la discipline des matelots. Hélas, rien ne changea ! Né terrien, Louis resta terrien, persuadé que la grandeur ne peut s’acquérir sur mer. Cette incompréhension sera l’un des points faibles du règne et la source de futures déconvenues…»

Qui croire ? Si on suit jusqu’au bout le raisonnement de Jean-Christian Petitfils, la marine n’aurait été qu’une lubie des Colbert, le roi les ayant laissé faire dans l’indifférence, à l’image d’ailleurs de l’opinion générale marquée par une culture complètement terrienne et continentale. Cette explication parait un peu courte lorsque sont examinés attentivement les faits et gestes du roi. Louis XIV, de son propre aveu, reconnaitra ne pas avoir mesuré pendant les quinze premières années de son règne ce que représentait une politique navale sur le plan financier comme sur le plan logistique43. Mais ses contemporains (et ennemis pour certains), Charles II et Jacques II d’Angleterre, les frères de Witt puis Guillaume d’Orange en Hollande sont d’excellents connaisseurs des questions maritimes. Patrick Villiers fait remarquer que Louis XIV va alors acquérir progressivement – par la force des choses, c'est-à-dire la guerre – une bonne connaissance des choses de la mer Chaque vendredi, il préside scrupuleusement le conseil de Marine où il se tient informé de tout. Il suit chaque année le détail des armements, surveille les plans d’opération, reçoit volontiers les plus grands marins et défend sa marine dans les périodes difficiles

Michel Vergé-Franceschi, qui a étudié la jeunesse de Louis XIV, note qu’il a été confronté sept fois à la mer avant sa prise de pouvoir effective (1661) et que, à la différence de l’écrasante majorité de ses contemporains, il savait nager. Il découvre la mer à l’âge de 9 ans, en 1647, à Dieppe, où est simulé pour lui un combat naval. Il monte aussi sur l’un des quatre vaisseaux de Duquesne qui arrive de Suède avec un chargement de canons et d’agrès44. En 1650, à 11 ans et demi, il visite Bordeaux et fait une petite croisière sur l’un des nombreux bâtiments de l’armée navale qui s’y trouve concentrée. En 1658, à 19 ans et demi, il découvre Dunkerque, la cité corsaire qui vient de tomber après la bataille des Dunes44. En 1659, à 20 ans, il visite Brouage autrefois développé et fortifié par Richelieu44. En 1660, il découvre le plus grand port de son royaume, Marseille, qui vient de se soumettre à son autorité, puis Toulon où il est magnifiquement reçu par le commandant du port, le chevalier Pau Cette même année, il épouse dans le port de pêche de Saint-Jean-de-Luz la princesse Marie-Thérèse qui arrive d’Espagne. En 1661, Louis XIV est à Nantes lorsqu’il ordonne l’arrestation de Fouquet puis fait en 1662 une entrée solennelle à Dunkerque qui vient d’être achetée aux Anglais44. En 1669, il visite une nouvelle fois Marseille et en 1680 entre à Dunkerque pour la troisième fois et reste plusieurs heures sur l’Entreprenant pour y suivre les exercices navals (auxquels fait référence Jean-Christian Petitfils). Louis XIV a donc parcouru onze fois le littoral et visité nombre de ses grands ports, alors que ses successeurs ne verront la mer qu’une fois pendant leur règne

Quant au Grand Canal de Versailles, Michel Vergé-Franceschi estime que « son interprétation se doit d’être différente de la vulgate ordinaire » : ce n’est sans doute pas Colbert qui a voulu imposer cette flotte au roi pour tenter de l’amarinerC’est plutôt Louis XIV qui a pu vouloir sa « petite Venise » comme Tibère avait eu ses trirèmes de plaisance sur le lac de Nemi44. Le Grand Canal, qui peut être admiré depuis la terrasse du château, offre aux yeux des ambassadeurs et des étrangers une flotte miniaturisée qui leur montre — au cœur de l’Île-de-France — que l’avenir du pays est peut-être aussi « sur l’eau »44. Le Grand Canal a un aspect ludique (participation aux fêtes, illuminations, concerts, mini-croisières…), mais c’est une erreur que de ne voir sur ses eaux qu’un flotte d’opérette aux embarcations de fantaisie. Ce sont de vrais bateaux car ces modèles réduits flottent et sont équipés d’une authentique artillerie. Le Grand Canal est aussi un centre d’expérimentation : c’est là que l’ingénieur Massiac de Sainte-Colombe essaie en 1673 le premier navire à aubes44. C’est là qu’arrive aussi en 1675, en provenance d’Angleterre, via Le Havre, le maître Deane, constructeur anglais, avec ses yachts peints et sculptés par des artistes français dépêchés outre-Manche d’après des dessins de Le Brun (c’est l’un des rares exemples de coopération franco-britannique). C’est là encore que le Napolitain Pangallo construit une mini-frégate dont le gabarit est adopté pour les vaisseaux de ligne. En 1681, naviguent sur le Grand Canal « la plupart des différentes espèces de bâtiments dont on se sert à la mer ». Il ne manque que la galère. Colbert en commande une à Marseille. Duquesne et Tourville sont requis pour faire partie d’un jury qui doit animer la compétition entre les charpentiers de marine pour renouveler les modèles réduits détérioré. D’où la promotion de Biagio Pangallo qui construit l’Ardente, armée — en vrai — contre Alger en 1682 à la demande de Tourville44.

Sans aller aussi loin que l’analyse de Michel Vergé-Franceschi, on peut en déduire que la conscience maritime de Louis XIV était à mi-chemin de ce qu’en disent François Bluche et Jean-Christian Petitfils : Louis XIV était de profonde culture terrienne, comme tous les Français de cette époque, mais il s’est sincèrement intéressé aux questions navales, s’est formé plus ou moins bien en visitant les ports dans sa jeunesse, puis a approfondi le problème au fil des réunions hebdomadaires du conseil de Marine et des nécessités de la guerre contre les puissances navales (Hollande et Angleterre). Évolution qui correspond grosso modo à ce qu’en dit Patrick Villiers, lequel touche probablement du doigt la réalité de l’engagement maritime de Louis XIV. L’historien remarque aussi que c’est le roi qui choisit le pavillon royal et le nom de ses vaisseaux. En 1670, le pavillon de la « nation française » (dixit Louis XIV, lui-même) qui était bleu semé de trois fleurs de lys d’or passe au blanc. Les vaisseaux de guerre reçoivent seul le droit de l’arborer, car ils sont les seuls à avoir la force de défendre, avec leurs canons, ce symbole de l’État. En 1671, Louis n’hésite pas à débaptiser la totalité de ses navires et à leur donner un nom en conformité avec leur rang et l’idée qu’il veut montrer de sa gloire et de sa puissance. Nom qui sera repris au fur et à mesure de la disparition des unités

Le roi ne voit plus la mer après 1680, soit les trente-cinq dernières années de son règne, ce qui a pu contribuer à entretenir l’idée qu'il se désintéressait de sa marine. Il fait de même avec ses frontières de l’est à partir de 1693, à 55 ans (ce qui lui a été aussi reproché). Louis XIV vieillissant dirigera jusqu’à sa mort ses escadres et ses régiments depuis Versailles. Pendant des décennies, le roi a accordé des crédits considérables à sa marine, même si ceux-ci sont toujours restés inférieurs à ceux dédiés à l’armée de Terre. Il faudra attendre 1708 pour voir chuter l’effort naval français avec l’arrêt complet du lancement de vaisseaux. Un choix fait sous la pression de la situation financière catastrophique du pays à ce moment-là, et non parce que le roi se serait désintéressé de sa marine qui ne rencontrait pas les résultats escomptés. Sur l’ensemble du règne personnel de Louis XIV, 381 vaisseaux et frégates sont sortis des arsenaux français. Il est absolument inimaginable de penser qu’autant de bâtiments aient pu être lancés sur une aussi longue période simplement par la volonté d’un ou deux ministres visionnaires ne bénéficiant pas du soutien actif du roi. Cet effort naval, est, en volume et en durée (54 ans), le plus important de toute l’histoire de France

la naissance d’une première flotte

Effectif réglé de la flotte française par rang de 1661 à 1678
Année 1er rang
(68 à 120 canons)
2e rang
(64 à 68 canons)
3e rang
(60 à 48 canons)
4e rang
(36 à 44 canons)
5e rang
(28 à 34 canons)
Total
par année
1661 - - 3 4 2 9
1665 - 2 5 8 11 26
1666 - 10 9 11 19 49
1672 11 22 35 23 29 120
1673 11 22 37 21 29 120
1674 11 24 35 18 28 116
1675 11 23 37 18 29 118
1676 12 27 33 22 23 117
1677 12 26 30 22 26 116
1678 12 21 32 27 30 112

Colbert dispose d’un budget naval relativement impressionnant. Les dépenses passent de 3 millions en 1662 à 4,5 millions en 1664, à 10,5 millions en 1666 et 13 millions en 1673 pour se maintenir à 10 millions jusqu’en 1678. Ce budget représente 4,6 % des dépenses du roi en 1662, 12,8 % en 1665 et 15,5 % en 1670. A la mort de Colbert en 1683, la marine et les galères disposent de 9,5 % d'un budget total de 115,1 millions de livres, se classant au troisième rang des dépenses de l'État derrière celles de la Cour (10,6 %) et devant celles des fortifications (7,75 %), l'Armée de terre française étant loin devant avec 39,4 % En 1691, son budget est évalué à entre 24,3 et 33,4 millions de livres, avec moins de 30 % en investissements de construction et plus de 70 % en dépenses de fonctionnement, soit 15 % des dépenses de l'État

Ces dépenses permettent à la flotte de croitre d’abord par lent paliers jusqu’en 1667, puis de façon quasi exponentielle jusqu’en 1672. Il est vrai que le ministre part de très loin. En 1661 la marine ne compte que trente-et-un bâtiments (en comptant les galères et les flûtes, lesquelles ne figurent pas dans le tableau ci-contre), auquel il faut ajouter huit navires d’origine étrangère ne dépassant pas 40 canons. Entre 1661 et 1671, cent-six navires sont construits ce qui permet à la flotte de quadrupler ses effectifs. En 1671, Louis XIV dispose de cent-vingt-trois vaisseaux et frégates

Ce résultat remarquable est du aux progrès constants des arsenaux français. Certains charpentiers de marine sont des anciens de l’époque de Richelieu. Comme cela ne suffit pas, il faut faire appel, en plus de l’observation de ce qui se fait ailleurs, à des techniciens hollandais et acheter encore plusieurs navires au Danemark et en Hollande. Mais dès 1666, l’indépendance nationale est acquise Les charpentiers des arsenaux s’exercent d’abord à construire des unités assez légères, puis s’enhardissent sur des tonnages plus importants. En 1661, le vaisseau « moyen » de la flotte française embarque de 40 à 42 canons. Dix ans plus tard, cette moyenne est passée à 56–58 canons. Outre le nombre, la flotte progresse donc aussi en puissance de feu. À la fin des années 1660 sont lancés les trois-ponts de prestige Royal Louis (1668), Dauphin Royal (1668) ou Soleil Royal (1669), qui surpassent les autres navires en puissance de feu et en décors. En 1670, la France adopte le système anglais de répartition en rang des vaisseaux, suivant l’importance de leur artillerie.

Avec six ans de moyenne d’âge, cette première flotte de Louis XIV est jeune. Elle est loin d’être parfaite. Beaucoup d’unité souffrent de défauts plus ou moins importants : batterie basse trop près de la ligne de flottaison, instabilité à la mer à cause d’un creux sous l’eau insuffisant ou d’un décor trop chargé, mâts mal positionnés… Le constructeur anglais Edmund Dummer, de passage à Toulon après la guerre de Hollande, décrira le Royal Louis comme un bâtiment raté. Des défauts qui s’expliquent par la grande jeunesse de cette flotte qui a grandi vite et par le fait que chaque bâtiment est un produit unique, quasi artisanal, sans technologie « commune » aux maîtres charpentiers de l’époque (ce qui par ailleurs est la norme dans toute l’Europe) Chacun d'eux a sa méthode, mélangeant savoir-faire et empirisme, tel ce maître qui écrit anonymement vers 1670 qu'il a dessiné les plans d'une frégate légère en s'inspirant des formes de certains poissons Il faudra attendre 1683, année de la mort de Colbert, pour que le maître charpentier Coulomb rédige le premier manuel de construction Le roi, qui choisit lui-même le nom de ses bâtiments à partir de 1671, fixe même leur durée de vie, laquelle devrait aller « depuis vingt-cinq jusques à trente ans », ce qui sera effectivement le cas pour certains d’entre eux, et même au-delà pour les plus réussis

À cette flotte s’agrège une quarantaine de galères, basées presque toutes à Marseille sous les ordres du duc de Vivonne. Ces navires bas sur l’eau, lents, peu armés, contraints depuis toujours à faire de la navigation côtière, ne sont pas aussi inutiles qu’on a pu le dire, à condition de ne pas sortir de la MéditerranéePouvant naviguer sans vent où à contre vent, les galères peuvent remorquer les vaisseaux à l’occasion ou mener des missions de garde-côte. Dans les eaux littorales peu profondes, elles restent utiles pour lutter contre la piraterie barbaresque. Elles ont aussi pour avantage de nécessiter très peu de matelots, tandis que la chiourme fournit une main d’œuvre peu chère. L’essentiel de leur utilité est ailleurs : ce sont de rutilants navires de prestige, destinés, par leurs élégantes croisières, à montrer le faste de la monarchie « La galère sert d'instrument diplomatique de représentation » (Jean Meyer, Martine Acerra L’Espagne étant encore vers 1660 l’adversaire auquel on se réfère, la Réale du roi de France se doit d'être aussi grande, aussi belle, aussi rapide que la Réale du roi d'Espagne C'est aussi pour cela que l'objectif de quarante unités a été fixé : il s'agit d'égaler ou de surclasser en nombre les galères ibériques. Les galères sont aussi des bagnes flottants qui vont mobiliser des dizaines de milliers de forçats jusqu’à leur suppression, en 1748


    Et    l'article continu...........reportez vous-y  si vous le désirez.......  Monsieur Larousse  et . les encyclopédies  ont des soucis  à   se faire !!!
 
  d'autres informations sur l'art et la marine?
                      participez aux blogs                                  http://antiquairemarine.blogspot.com              
  http://librairie-maritime.blogspot.com         
  http://photographie-maritime.blogspot.com 
 

..Vous désirez vendre vos  livres  ou documents maritimes?......
Mettez une annonce   Gratuite et consultez   la page:   
    http://librairie-marine.com/documents/general/grenier.html
.................................et traitez  avec un eventuel   acheteur  !...                                                                                                                                                         
et visitez  les sites conjugués
http://historic-marine-france.com

http://peintres-officiels-de-la-marine.com

http://librairie-marine.com

http://photographie-maritime.com 
.........................................................
http://www.facebook.com/pages/librairie-marinecom/
100720683348651?sk=wall

facebooks-livres