librairie-marine.com   " documents maritimes sous le régne deLouis XVI."                 
                                  notre ambition devenir votre: "  librairie maritime . "   .                       e-mail  : librairie.maritime@gmail.com
  "Monsieur vous irez demain chez monsieur de Boynes lui demander sa démission de secrétaire d'Etat au département de
la Marine.Les changements qu'il a fait dans la marine et qui n'ont abouti à rien et son incapacité pour cette partie m'y obligent.."
                                                                                                                                                                Louis XVI (donnant consigne à la Vrillière)
..
La Marine:Sous le règne de: Louis XVI.   1774  .1792.
louis16.jpg
Avec de bons ministres comme Choiseul et Castrie Louis XVI reconstruisit une marine qui se trouva au mieux de sa forme au moment de la guerre d'Amérique,d'ou les succès de Suffren en Indes et Chesapeake avec laquelle l'amiral de Grasse mit fin à la guerre d'indépendance en 1781. A la veille de la révolution la marine était forte.
Ministres   de la Marine    :Boynes est remplacé par  Turgot
                                         puis Sartine(1774-1780)
1776.     
abolition des   ordonnances  de 1772, réorganisation de la marine, qui va devenir puissante.
                                         

1776-1779.           Troisième voyage de Cook. 
1779.             Nelson a 20 ans il est nommé capitaine de vaisseau!
La France suit avec intéret les événements  en  Nouvelle Angleterre,
(les colonies anglaises d'Amérique se révoltent,elles veulent former une République)

1778  signature d'un traité de commerce avec les américains ,qui va entrainner la guerre avec l'Angleterre.

 Brest  :       Escarmouche ,la frégate "Belle poule" repousse la frégate  "l' Arethusa".
                  La guerre est déclarée  France et Espagne contre Angleterre
 La France veut prendre sa   revanche!

Toulon  :    Départ du vice-amiral d'Estaing avec 11 vaisseaux pour l'Amérique.Il  doit  débarquer des troupes pour aider les troupes irrégulières de Washington,les appuyer,ensuite aller aux Antilles récupérer queques possessions.
1779 Encore un plan d'invasion de l'Angleterre ,la flotte franco-espagnole  devant controler la Manche....

 BREST. L'amiral d'Orvillier appareille avec 32 vaisseaux ,sous ses ordres Guichen, Du Chaffault et de Rochechouart ... . La flotte anglaise était sous les ordres de Keppel..
bataille de Ouessant  . bataille indécise ,( Les  français s'en sont mieux tirés)
 En Amérique d'Estaing  affronte Howe.
bataille dans les Antilles,
bataille de la Grenade,
1780   .ministre  de la marine .Marquis de Castries (1780- 1787)                                                   
1782  Bataille des SAINTES
       
Victoires de Suffren en mer des Indes.Sadras,


1783.  Traité de Versailles. l'Angleterre reconnait l'indépendance des Etats-unis ,et,nous   rend le Sénégal et quelques autres petites colonies.
1784.,             nouvelle ordonnance ,  construction de vaisseaux     (mais les dépenses sont grandes)
1785-1788   .Expédition de Lapérouse.

Louis   XVI  préparant  le voyage de  monsieur de  La  Pérouse.
Ministres   de la Marine   La valses des secrétaires d'état à la marine 6 (1787-1792) c'est la fin du règne   la Révolution va se charger de détruire cette belle marine.....
1789 La France est en banqueroute ,convocation des Etats Généraux, La Révolution va débuter!!!!!

                                                           . documents en vente chez      Delcampe..

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 


Donné à Versailles le premier jour du mois de janvier l'an de grace mil sept cent soixante qinze et de notre Règne le premier.   Commission de capitaine d'une Compagnie du Corps-royal d'Infanterie de la Marine,de la division de Brest pour le chevalier Daigremont ...Lieutenant de vaisseau.Louis par la grace de Dieu, Roy de France et de Navarre.à notre cher et bien-aimé le Sv Ch Daigremont lieutenant de vaisseau Salut.Désirant pourvoir à l'une des compagnies de notre-Royal  d'Infanterie de la Marine,de
la division de Brest Créé par notre Ordonnance du 26 décembre 1774,et la remplir par une personne  qui s'en puisse bien acquitter,nous avons cru ne pouvoir faire un meilleur choix que de vous pour la commander ,vu la preuve que vous nous avez donné de votre vigilence,bonne conduite,expérience au fait de la guerre,et de votre fidélité et affection à notre service. A CES CAUSES  Nous vous avons commis,ordonné et établi...


prix de vente
de ce  Parchemin(sur velin)
.213 euros.

Brevet d'Ecrivain de la Marine. et des classes pour le Sr Le Blanc de Moivre. Aujourd'hui huitieme du mois d'Aout 
mil sept cent soixante quinze, le Roi étant à Versailles voulant commettre a personne capable et fidelle pour faire la fonction d'Ecrivain de la Marine   des classes.et sachant que le Sr Le Blanc a la qualitée nécessaire pour s'en bien acquitterSa Majesté l'a retenu et ordonné  ?  et ordonne L'Ecrivain de la Marine et des classes pour en ladite qualité servir  sur ses vaisseaux et frégates y faire le  role d'équipage et le registre des effets marchandises et munitions embarquées ainsi que de leur consommation,veillera à la conservation et à celle des vivres des equipages
 
  ND
Ordre de paiement. à une veuve. Marine 1775.
 
 
 
 
 
 

prix de vente :
50 euros.

rochefort-3 rochefort-2
rochefort-1
rochefort-4
lettre 12 mai  1776.
Rochefort.


lettre conçernant un déserteur de la troupe


ordre
ordre
Ordre de  partir  sur  champ pour Brest le jeudi 5 février ,je suis parti de Paris le lundi 9. tous les officiers de marine et les  colonels des régiments destinés à la bretagne ont eu le même ordre   45 bataillons y marchent à tire d(aile et le régiment  de l'artllerie d'Argonne va presque en poste monsieur le duc de Chartry est parti le jeudi 12............................................suit une liste de vaisseaux en armement et armés ...
ordre de départ immédiat   du 5 février 1778.
commission_de_capitaine_de_vaisseau.jpg
COMMISSION
DE CAPITAINE DE VAISSEAU

Pour le S CORNIC
 Lieutenant de vaisseau

Le 13 décembre 1778.
signée Louis
commission-de-capitaine-de-vaisseau.jpg
commission-de-capitaine-de-vaisseau
signé par louis jean marie de Bourbon ,duc de Penthière
qui était amiral de France
signé aussi par antoine Sartine qui était ministre de la marine
Louis par la grace de Dieu Roy de France et de Navarre
A notre cher et bien aimé S CORNIC Salut  estimant necessaire pour le bien de nôtre service de faire choix de personne capable et expérimentée  au fait de la guerre et de la navigation pour lui confier le commandemant de nos vaisseaux,Estant informez  que ces qualitées se rencontrent en vous et de Votre Zèle et affection à nôtre service  dont vous nous avez  donné des preuves en diverses rencontres  .Nous avons estimé ne pouvoir faire un meilleur n'y plus digne choix que Vous; aA CES CAUSES ,nous  vous avons commis ordonné  et estably et par ces présentes signées de  nôtre  main commettons ,ordonnons et establissons  Capitaine de l'un de nos vaisseaux sous l' autorité de notre tres cher et tres aimé cousin le Duc de Penthièvre Amiral  de france et des viceamiraux,lieutenant généraux, et chef d' Escadre de nos armées navales,commandant l'un  de  nos vaisseaux de guerre,soit un corps d'armée ,d'Escadre ,ou garnison suivant  les ordres que nous vous en donnera  rang dans la marine du jour et datte des présentes   .ENJOIGNONS à cet effet à tous  lieutenant,enseigne ,officier ,Marins Matelots et soldats ,qui serviront sur les Vaisseaux dont  nous   vous cofirmons le commandemant de vous obéir ,et ..........
enregistré au Contrôle de la Marine
à Bordeaux le 27 avril 1779.


Le Duc de Penthièvre Amiral de France
Vû le Brevet du Roy  de l'autre part à vous
adressé MANDONS aux Vice-Amiraux
 Lieutenants généraux et Chef d'Escadre
 de connaître et faire reconnaître le Sr Cornic
en qualité de capitaine de Vaisseau


fait à Sceaux
 le vingt neuf décembre mil sept cent soixante dix huit     





prix de vente de ce velin
il manque le sceau en cire souvent rouge
 410 euros
cuba-
cuba_
cuba-
cuba
cuba__
cuba_-_















Mémoire sur la côte de l'Isle de CUBA comprise entre le cap Maizi et la pointe de Nava  pour servir .....


A  bord de la corvette "le fanfaron"le 11 septembre 1786
Antoine Gabriel de Sartine. Ministre de la marine.secretaire d'état ayant le département
de la marine.Il fut nommé le 24 aout 1774,ancien préfet de police il était incompétent dans le domaine technique mais avec l'aide de Fleurieuil   il rédigea une série d'ordonnances en 1776 pour une organisation rationnelle de la  marine
antoine_sartine.jpg
Par votre Lettre du 24 du moi de   ,vous m'avez marqué Monsieur qu'en consequence de ce que je vous avais écri le 18 ,vous aviey suspendu le départ de ce Matelot,auxquels vous aviez payé les avances à la conduite,et je vous ai mandé le 27 de le faire partir des à présent et que s'il vous en restais ,vous eussiez  à les réserver pour les envoyer aussitôt que la demanfe vous en sera faite,et que vous vous en expliquassiez tans avec M Mistral qu"avec M de la Porte vous ferez à présent partir tout ce qui vous reste de gens de meme état de  servir sur les Vaisseaux du Roi,sa Majesté venant d'orfonner de nouveaux Armements au port de Brest
Versaille le 1 may 1778
antoine-sartine.jpg
Sa Majesté ayant donné des ordres ,Monsieur ,pour placer des Bâtiments de sa Majesté en Croisière le long des Côtes de son Royaume pour protéger les Bâtiments dr commerce  et en écarter les Corsaires qui peuvent nuire à leur navigation,vous aurez attention,en même temps que vous continuerez à m'envoyer copie des déclarations qui vous seront faites  par les capitaines de Navires  des rencontres qu'ils auront faites en mer  d'en adresser de semblables copies à M Le Comte d'Orvillier Lieutenant Général des Aemées Navales,commandant la Marine à Brest afin qu'il en fasse usage pour les Croisières qu'il a ordre de placer
Versaille 20 avril 1778
sartine_antoine.jpg
Le Roy  n'a point fait connaître ses intentions,Monsieur,sur ce qui concerne les Bâtiments anglais détenus dans les Ports du Royaume en consequence des ordres qui y ont été donnés et jusqu'à ce que sa Majesté en ai ordonné,ainsi pour ce qui concerne les marchandises qui sont chargées sur les Bâtiments les officiers de l'amirauré ne peuvent ordonner que provisoirement pour la conservation de ces marchandises si ce n'est celles dont il y aurait réclamation de la part de propriétaires français  auxquels seuls il peuvent en ordonner la remis lorsqu'ils seront  bien reconnus,et qu'ils auront bien constaté être le véritable propriétaire c'est ce que je fais connaître aux officiers des siéges d'amirauté à qui j'écris,mais je leurs observe que jusqu'à sa Majesté se soit expliquée sur les navires et leurs chargement en général,il convient pour l'intéret de toutes les parties interessées aux marchandises dont ces batiments sont chargées de pourvoir à la vente de celles qui pourraient dépérir ce que pour  cet effet il faut faitre l'inventaire des Effets et marchandises qui s'y trouvent faire constatrer par Experts ce qui dépérit ou est en danger de dépérir,en ordonner la vente en justice,apres avoir observé les fotmalités usitées pour faire valider les ventes et ordonner le sequestre du prix en provenant
Versailles le 9 May 1778.
Versaiile 11 septembre 1779  lettre adressée au chevalier de Monteil  2 pages
sartine-
sartine--
sartine___
                                                 Autre lettre de Sartine
sartine-antoine.jpg
Il m'a été  demandé de quelques ports,monsieur, de quelle manière il devait être  usé à présent  à l'égard des Corsaires américains qui pourroient y venir et à l'égard de leurs prises   j'y mande en réponse qu"au moyen du Traité de commerce et  d'amitié qui a été fait avec les Etats  Unis de l'Amérique Septentrionale il ne peut y avoir de difficulté à recevoir ces Bâriments dans nos ports et que l'intention du Roi  est qu'ils y soient traités de la manière la plus amicale,j'écris aux officiers des différents siéges d'Amirautés du Royaume d'agir dans cet esprit par rapport  à ceux de cette sorte de  Bâtiments qui viendraient dans les ports de leur ressort
en ce qui vous concerne par rapport à ceux qui viendraient dans le port de Fécamp.
Versailles 1er May 1778





4 lettres de Sartine
adressées à


Mr Thirat

à Fécamps



 Versailles aril ,mai 1778


Prix 300 euros les 4 lettres.

3 Documents concernant la prise par les anglais de 5 vaisseaux de 
commerce français. ils sont conduit à Gibraltar  ou il n' y
a pas encore d'ordre pour la vente et condamnation des propriétés 
françaises. L'amiral anglais commandant à Gibraltar
nous fait écrire par nos correspondants  de la ville (Le Coulteux) pour tacher de procurer la liberté au capitaine Goldsmith commandant  du brigantin"Le Nil" pris  par le Corsaire français "Le César" échange de prisonniers(histoire de bijoux)1778.

ND

Henri-César comte de Castellane-Majastre (1733/1809)
chef d'escadre 9 lettre signées écrite à sa femme de Toulon et Marseille 1778 (cachets de cire). Préparatifs de la guerre contre les  glais.En ce début d'année 1778 le comte est en station à Toulon,il a récemment obtenu le grade de capitaine et va recevoir le  commandement de la frégate "la Flore"au sein de l'escadre de l'amiral d'Estaing,à tout moment  il s'attend au déclenchement des hostilités  contre les anglais,il informe son épouse de ses  activités"je suis entré en service aujourd'huy  pour les rondes et les achats et fournitures  du Roy au magasin général dont je suis...........

prix de vente:
600 euros.
Congé de débarquement  pour maladie délivré le 19 octobre 1778.par le Lieutenant général D'ORVILLIERS           .
Sur les certificats et avis des médecins à nous présentée  par M Dourville lieutenant de Vaisseau,il lui est permi de se débarquer du Réfléchi  commandé par M  Cillart de  Surville capitaine de vaisseau pour rétablir sa santé Brest le 18 octobre 1778.

 la bataille de Negaptan contre l'amiral anglais Hughes ,un vaisseau isolé  le "Sévère" commandé par de Cillart,améne les couleurs sans combat Suffren furieux va "casser" 4 capitaines de vaisseaux On a accusé de Surville d'avoir tué Suffren en duel!1788 ????mais cela semble faux.


prix de  vente :
145 euros.

Versailles le 11 septembre 1779.
lettre de Antoine Raymond de Sartines ministre de la marine  au chevalier de Monteil. "M le Cte d'Orvillier vous fera connaitre
monsieur quelles sont les intentions du roi relativement à la prompte sortie  de l'armée navale. Sa Majesté me charge de vous écrire particulièrement pour vous dire qu'elle  attend de nouveaux effort de votre zéle dans cette circonstance. Le Général de l'armée vous chargera personnelement de suivre le travail et les opérations d'un certain nombre de vaisseaux desquels vous me rendrez ,chaque courrier , un compte particulier.Comme sa Majesté  veut connaitre l'état de chaque vaisseau à son arrivée.Les progrés du travail et quels  sont les capitaines qui apporterons plus ou moins de zéle et de célérité à l'execution de  ses ordres,vous aurez soin de parler nominativement et en détail de chacun des  N? dont vous aurez été chargé vous ne laisserez point ignorer aux capitaines   de votre division ............................."
Prix de vente
213 euros.
mollard.jpgMARINE
Le S Mollard ancien Officier de la Compagnie des Indes a été  admis dans la Marine en 1773 en qualité de Lieutenant de Frégate,employé depuis au Port de L'Orient: il   a commandé ,en 1778 et 1779 la flute l'Isle de France avec le Brevet de capitaine de Brulot pour la Campagne.  Cet officier  ayant offert ses services  pour armer sur l'Hector,ne peut y être employé qu'en qualité de Capitaine de Brulot et on propose à Sa Majesté de lui en accorder Le Brevet en pied.       document paraphé    Bon
mollard1
mollard2
mollard-3
document  nomination Sr Mollard
daté du

8 May 1780 annoncé le 8


approuvé   "Bon"

par le Roi ou son secrétaire.


Prix 190 euros.




remarque:

sous l'ancien régime.
un officier non Noble
venant de la marine marchande ne pouvait pas
dépasser le grade de capitaine de brûlot!
orves.jpg
LE  CHEVALIER THOMAS D'ORVES Chevalier de l'Ordre Royal & Militaire Saint-Louis,Capitaine des Vaisseaux du Roi,Brigadier des Armées Navales,commandant de la Division. M.M les capitaines recevront  sans aucune difficulté les hommes qui leur seront envoyés sortant des hôpitaux d'aprés  l'Examen qui en  avait  été fait p ar les officier de santé qui les auront decidé en état de s'embarquer
La conséquence des ordres cy devant donnés l'Escadre partira absolument mercredy prochain A bord de l'Orient le 8 8bre  1780                               
 Ordre   du chevalier D'orves
08 octobre 1780


Prix110 euros.





chef  d'escadre en Océan Indien
il se trouve sur le vaisseau l'Orient  à l'île de France
ils vontn quitter le port mais il va mourrir à bord
deux mois aprés.
bois
bois-soumission
Lettre de soumission de fourniture de bois    Versailles   le 24 mars 1781
lettre signée Louis XVI.
contresignée par son ministre
de la marine le marquis de Castries
Versailles le 28 janvier 1781.
A henri-Cesar de Castellane-Majastre
capitaine de vaisseau

Louis XVI  l'a choisi pour "commander
mon vaisseau "Le Marseillois" que je fais
armer  au port de Brest il lui est ordonné 
de s'y rendre.
  prix:300 euros.

Deux lettres   pour la capitaine
De Castellane
 

Prix: 210 euros.

laporte-arnauld
lettre signée du 24 mars 1781 à monsieur de la Chaussade  pour lui fournir  du bois de construction pour le port de Toulon
laporte_arnauld
lettre autographe signée du 21 aôut concernant la réparation de deux ancres sur la gabarre "Marie Angelique" adressée à M de Brinqueville
lettre signée et
lettre autographe signée
de
 LAPORTE ARNAULD(1737-1792)
né à Versailles ministre
 intendant de la marine

guillotiné le 28 août 1792.


prix :210 euros

rene-louis-levasseur-comte-de-la-touche-treville
Lettres adressées à Charles de Laborde -Lassale ancien officier de la marine à Saint-Server.
"Mon digne frère a excité ce sentiment général,il méritoit particulièrement de toutes les personnes qui l'on connu"
il remercie aussi pour son compliment   sur "la place de commandant de la marine à Rochefort,dont le Roi m'a honoré"
René-Louis Levassor
 comte de LA TOUCHE -TREVILLE
1745-1804  amiral

lettre signé du 5 août 1782

on a joint 2 lettres de son frère
louis jean françois marquis de La TOUCHE


Prix 240  euros

ll est permi au sieur Henry Honoré de la Rochelle Capitaine d'une prise faite à la cote de Guiné par le corsaire  La Duchesse de ? ,nommée la goellette le Rebeca,désarmé  à la Grenade,et passé en Europe sur le navire neutre le Conelleryvauverné  Ostande,débarqué à Camaret,de  se rendre à Saint Malot,à la charge de se présenter sitot arrivé au commissaire des classes de ce département prions ceux c,,,, de le laisser librement passer .
à Camaret le 2 septembre 1782.
ND

Certificat de débarquement.Nous officier aux classes de la Marine à Bordeaux,Certifions  que Mr Durodet de Choisy
Capitaine commandant du corps  Royal a été embarqué au port au prince le 9 juin 1783. sur le navire l'Argot appartenant
au sieur Beaubarbe et commandé par le Sr Gouffran et qu'il a été débarqué  en ce port le 5 aout 1783 Fait à Bordeaux le 6 aout 1783.
Prix de vente :
100 euros.

Certificat de débarquement. Nous officier aux classes de la Marine à Bordeaux,Certifions que mr Darodet officier d'artillerie a été embarqué à St Pierre Martinique le 8 may 1770 sur le Navire l'Aimable magdelon appartenant au sieur D'argenton commandé par Le Sr Belerglven & qu'il a été débarquement en ce port le 13 juillet suivant Fait à Bordeaux le 5 aout 1783.

 

Prix de vente :
100 euros.


Dessin aquarellé. Port de Rochefort bateries maritimes       année 1784.
état et estimation des terres labourables qui sont trouvées comprises dans l'emplacement sur lequel en 1757 ,le Roi a fait établir le fort du Vergeroux et de celle sur lesquelles en 1771 on a établi la poudriére aupres du dit fort. le tout conformément au plan ci-joint.Sur lequel on a exprimé les limites du terrain appartenant jadis au Roi,celles du terrain prix en 1757 et celles du terrain prix en 1771.lesquelles limites ont déterminé la quantitée de terre pour lequelle est fixé le dédomagement çi-après sur l'estimation des nommés jaques Baril et J Sabourin experts nommés à cet effet tant de la part du Roi  que de celle des propriétaires et dont le procé-verbal est ici joint,lesquels ont éstimé chaque journal de terrain au prix en 1757 à 300" et chaque journal.......... 

Encadré: 

ND

Chevalier de SILZ.   enseigne de Vaisseau.
Ce chevalier Silz etait

un des chefs de la chouanerie
en Bretagne.
 
 
 

Ici il s'agit d'un billet autographe 
signé Reconnaissance de dettes.

datée de Brest le
6 Mars 1785
 
 
 
 
 
 
 

Collection particulière.
consutable en ligne sur mon site Web :

http://www.olivier-hilbert.com 
dans la partie consacrée à la famille
De la Haye de Silz, sur la page de 
Auguste Marie de Silz

 


Bernard comte de Marigny(1740/1816) vice-amiral 3lettres signées à mr Thomas de Saint-Laurent enseigne des vaisseaux du Roy,major de l'escadre de M de Peynier Brest mars 1786.
Thomas de Saint Laurent qui a fait la  campagne des Indes avec Suffren  et Peynier  vient d'arriver à Brest avec son escadre.  Bernard de Marigny lui demande de  lui fournir tous les renseignements relatifs  aux officiers morts aux Indes  la liste des états-majors qui composaient  la division de Peynier,ainsi que les vaisseaux  et frégates restés aux Indes,afin de réaffecter  les officiers.Enfin il souhaite qu'il lui adresse  "une expédition de tous les signaux généraux et
particuliers de l'armée de M. De Suffren ainsi  que la division de M. de Peynier.

prix de vente: 
300 euros.

.Louis Jean Marie qe Bourbon duc de Penthièvre.  Amiral de France.Commission  de receveur des Droits au port de La Hougue,en faveur du sieur Larnache  aux lieux et place du sieur Verney... Confection d'inventaires des effets  sauvés des naufrages ou pris sur mer sur les ennemis de l' état.     . 1786.
Parchemin


prix 750  euros

D'ALBERT DE RIONS Commandeur de l'ordre  Royal & militaire de St Louis Chef d'escadre  des armées navales,
commandant la marine en ce port. Il est ordonné a monsieur le chevalier Du Rouvre enseigne de vaisseau de s'embarquer sur le Bricq "La Levrette" commandé par m de Sainvilliers et d'y servir en sa qualité pendant sa campagne. A Toulon Le 1er may 1786.

 
 
 
 
 

prix: 
80 euros.

marseille
marseille1
marseille_

MARSEILLE

12 aout 1785.

document
110 euros
110 euros
Brest 18 septembre 1787.                     Brest 5 Avril 1786.
Jean -Charles comte d'HECTOR. Lieutenant général des armées navales  commandeur de l'ordre royal et militaire de St Louis commandant la  marine au port et département de Brest. Il est ordonné à monsieur de Ferrary lieutenant de vaisseau de la 3ém Escadre de s'embarquer sur le vaisseau Le Superbe commandé par M De Sainnneville;. Il est ordonné au Sieur Thomas de St Laurent enseigne de vaisseau de retourner à Toulon son déparetement aux ordresz de l'officier Général qu'y commande.

latouche-treville.jpg
lettre signé L cte de La Touche
à Paris le 29 août 1787.
adressé à me Thomas St Laurent



prix 110 euros
conseil-des-prises
conseil-prise
conseil-prises

Extraits du registre du conseil d'état
"fin de la commission des prises"
1788.
                                                             AN. 1789.
Les dernières années du règne de Louis  XVI
La révolution    a    commencée!

Congé en partie imprimé De par le Roy signé "Louis"signature secrétaire    fait à Paris 17 octobre 1789.

 
 
 
 

Prix de vente.
250 euros.


Rapport des dépenses du  département de la marine fait par l'assemblée nationale. par le comité des finances.Paris 1789.
Un vaisseau de 110 à 118 canons  côute 1.053.350 livres. Une corvette de 12 côute  219.074 livres...... " messieurs  chargés par vous de vous rendre compte des dépenses du département de la  marine,nous avons cherché à en approfondir tous les détails.

 

Prix:
80 Euros.
36pages.
 

lettre à bord de" l 'Annibal"
.

"Nous allons appareiller  par un tres beau tems  j'espère que nous ferons un voyage heureux  je t'avais marqué que j'emportai avec moi  une pacotille d'environ mille livres.j'ai  été obligé de sacrifier presque la totalité pour sauver ma liberté et proffiter de mon  passage qui etait arreté et payé, mr Tiequet  a découvert l'endroit ou j'étais je ne sais  comment,tu vois mon cher frère que les  lettres de recommandation que tu m'as  ramenée me deviennent d'une grande utilité  ainsi je te prie ne perd pas  de tems pour  me les faire passerc'etait bon que tu me les  envoyat par deux occasions differentes  je ne peux pas t'écrire beaucoup de choses  attendu que je ne suis pas fait au mouvement  d'un navire.La mer m'a pas beaucoup incommodé  Le Second Capitaine du navire est le frère de  monsieur Bauchereau qui reste chez M Rrodez  nous nous sommes liè facilement;il est d'un careactère gai et franc.N oublie pas ton frère  il t'aimera toujours,surtout tes lettres de  recommandation.Mille compliments  d'amitié a notre ........que je me recommande a ...  beau souvenir.Je suis pour la vie ton cher frère  et ton meilleur ami  Bernard  je t'ecrirai a mon arrivée  ne me fais pas attendre tres lettres.

A Bord de l'annibal vis
avis royaume
le 07 avril 1789.
à monsieur Bernard de Beauvoir
avocat au parlement Paris.


PRIX de cette lettre: 100 euros. 
 

                                                         AN.  1790.

projet de décret  sur l'organisation de l'artillerie de la marine.
in-8,broché en papier marbré Il sera entretenu dans les ports
de Brest, Toulon  et Rochefort,des compagnies de  canonniers-bombardiers
d'apprentis canonniers  et ouvriers pour le service de la marine.
Paris impimerie nationale 1790.

Prix :
50 euros. 
23 pages.
 
 

 


Projet de décret sur l'organisation de la marine Française 
et sur le mode d'admission  et d'avancement. Présenté par 
le Comité de la Marine. imprimé par  ordre de l'Assemblée nationale. 1790.   in_8 broché en papier marbré

prix:
50 euros.
12 pages.

Autre tirage du "projet de décret sur l'organisation de la marine militaire." il y a des différences avec le précédent  par exemple à l'article Mousse  l'un porte "nul ne pourra aprés l'age de  16 ans être embarqué comme mousse". L'autre indique  "Nul ne pourra être embarqué  comme mousse sur les bâtiments de l'état que de 10 à 16 ans.     . 1790.

14 pages
prix 50 Euros.

Rapport fait à l'assemblée  Nationale. Sur les Dépenses et le régime économique de la Marine  par M Malouet membre du
comité de la Marine. Paris  1790. in-8 broché en papier marbré

65 pages.
Prix de vente :
90 euros.
                                                            AN  1791.
              
Opinion de M .de .Sillery  et projet  de Décret sur  l'admission
des aspirans dans le corps de la marine militaire.1791.

 
 
 

12 Pages:
 

prix de vente :
50 Euros.


Etat-Major de la Marine et service des ports. à Paris de l'imprimerie  Nationale 1791.
"la place de commandant de la marine dans les ports ,est supprimé
II Elle sera remplacée par celle de commandant des armes,dans les ports de Brest,Toulon Rochefort, et l' Orient & sera toujours donnée par le roi  à un officier-général de la marine,  révocable à sa volonté.
III. Le commandant des armes aura  sous ses ordres les officiers de la marine,les troupes de la marine, les canonniers-bombardiers,ouvriers
apprentis-canonniers,tous les employés  militaires de la marine & donnera les ordres nécessaires au service auquel ils seront destiné  in-8 broché en papier marbré

5 pages 

prix: 40 Euros.


Décret de l'assemblée nationale.Sur les moyens d'appliquer au corps
actuel de la Marine les Décrets  relatifs à l'organisation de ce Corps.
précédé du rapport fait  au nom du comité de la Marine par M.de Sillery.
et décret relatif à la correspondance  des grades du service de mer avec
celui de terre.  précédé du rapport fait par M Sillerry  au nom du comité de la Marine. Le 23 Avril 1791. imprimé par ordre de l'Assemblée 
Nationale. (Sillery charles-Alexis Brulart de Genlis Comte de Sillery).

Prix: 55 Euros.

Développement du projet du comité de la marine. Sur l'organisation de la  marine Française  par M. de Sillery  imprimé par ordre de l'Assemblée Nationale.
Imprimerie Nationale 1791.in-8, broché en papier marbré. "messieurs, je m'attends que le projet d'organisation qui vous est présenté  par votre comité de la marine,sera vivement combattu;il contrarie d'anciens préjugés,des prétentions que l'on n'a point encore abjurées de bonne foi & à ces différents titres il devoit déplaire à beaucoup de personnes....

Prix: 50 euros

19 pages.


Opinion de M. Moreau de Saint-Mery député de la Martinique.
sur l'organisation du ministère.et notamment sur la nécessité de ne
faire qu'un seul ministère de la Marine & des colonies.du 9 Avril 1791.
.Note:Député de la Martinique Moreau de Saint-Méry propose de  réunir le ministère de la marine et celui des colonies l'assemblée accepta cette mesure le 9 avril 1791.
Prix: 50 Euros
 

28 pages.
 

 


Rapport sur le traitement du corps de la marine. Fait au nom du comité de la Marine par M. de Sillery imprimé par ordre de l'assemblée
Nationale  1791. Messieurs, Vous avez décrété que nul officier ne pourra dorénavant,recevoir des appointements et des traitements particuliers.Cette sage disposition empêchera les abus sans nombre qui existaient et l'on ne verra plus se cumuler sur la même tête,des appointements des pensions,des gouvernements et  des gratifications  annuelles." le traitement de trois amiraux s'élève à trente mille livres chacun des capitaines varie entre trois mille 
six cents et six mille livres,tandis que les  aspirants entretenus touchent entre quinze et quarante-cinq livres par mois.
8 pages
Prix 50 euros.

Moyens d'accroissement de matelots pour la Marine
patrons pêcheurs marseillais,les députés Tournon,Floux et Ponsard demandent que les patrons pêcheurs ne soient plus soumis au service de la marine et compris dans les levées de matelots.
Paris J. Girouard 1791.

in-8 broché en papier marbré
prix 50 Euros

.15 pages.


Projet de décret d'application pour l'administration de la marine.
Concerne  Brest . Toulon, Rochefort, et l'Orient.
Paris 1791.
Baudouin.

12 pages
 

à vendre 50 euros.


Rapport fait à l'assemblée Nationale au nom du comité de Marine
sur l'organisation de la marine militaire.
Ce rapport qui suivait un projet de décret,était soumis après de longues discussions et après des révisions sans nombre.
On éspère ainsi que le pavillon national,signe brillant de notre liberté,deviendra l'emblème d'une puissance qu'il faut craindre,d'une justice qu'il convient d'imiter.
Paris imprimerie 
nationale
1791.
 

In-8 broché en papier marbré.
 

27 pages

Prix. 60. euros.

.
Tableau     d' adresses  e-mail    de : collectionneurs,Acheteurs,vendeurs...
Un des but d' Internet est la "communication" "la rencontre aisée de personnes,afin d' utiliser cette facilitée,nous  serions heureux d'indiquer dans ce tableau les "adresses e-mail" de toutes personnes désirant vendre, acheter, collectionner,des Objets,peintures, documents, ayant un rapport  avec   la page ci-dessus, (nous ferons de -même au bas de chaque page de notre site, qui couvre tout les domaines maritimes). Si vous désirez y figurer,(ou ne plus y figurer)  contactez nous :                 librairie.maritime@gmail.com

Le 24 novembre 2010. Monsieur cette lettre signé par le  Balli de Suffrendatée de 1783 a été vendu 1.000 euros
l'écriture de Suffren était illisible  et ici cette lettre a été écrite par son écrivain de bord seules les 3 dernières lignes illisibles! sont de sa main.
lettre-suffren.jpg

le 30 août 2010   armements-mixtes.jpg
Madame,Monsieur,
Nous sommes heureux de vous informer de la parution début juillet d'un ouvrage :"La place des armements mixtes dans la mobilisation de l'arsenal de Brest sous les deux Pontchartrain (1688-1697 & 1702-1713)"par Jean-Yves Nerzic.Cet ouvrage montre bien que la course était le résultat d'une volonté politique et systématique de maintenir une marine que le roi n'avait plus les moyens d'entretenir mais qui lui était indispensable en terme de géopolitique. Dans le contexte difficile des guerres de la Ligue d'Augsbourg et de Succession d'Espagne, aggravé par une crise économique importante, on inventa les "armements mixtes" (ancêtres des sociétés d'économie mixte).
Ce livre a sa place dans toutes les bibliothèques historiques et universitaires et auprès de tous les passionnés de la course et de la marine de Louis XIV..
Vous trouverez en pièces jointes une présentation avec des extraits de l'introduction et de la conclusion, et l'image de la jaquette de couverture en format PDF, dont vous pouvez vous servir librement pour présenter l'ouvrage. Si toutefois vous deviez rencontrer une difficulté pour récupérer ces éléments, n'hésitez pas à nous contacter pour que nous vous les préparions selon vos souhaits.
Nous restons à votre disposition pour plus de renseignements ou pour organiser toutes conférence, interview, causerie ou signature avec l'auteur.
Avec nos salutations les meilleures Agnès Hacpille Editions H&D 13, chemin du Vivier 78470 Milon La Chapelle tél : 01 30 47 40 40
ImgCouvArmements2.pdf ImgCouvArmements2.pdf
306 Ko Afficher Télécharger
ArmementsMixtes ExtraitsJYN.pdf ArmementsMixtes ExtraitsJYN.pdf
99 Ko Afficher Télécharger


décembre 2006.    Pour information pour votre site .................................................................    jacques
 J 'ai vu en vente deux congés.


Congé absolu de la marine XVIII ém "André Dumartigue second mître ayant servi sur la frégate du roi l'Aurore"
Toulon le 31 novembre 1781.
Congé absolu de la marine XVIII ém délivrée à joseph Barthelemy matelot ayant servi sur le vaisseau du Roi  "La Provence" 31 aôut 1776. ( plus de 200 euros chaque.)

le 25 septembre 2005.
Bonjour, j' ai découvert votre site fort intéressant, je fais des recherches sur la famille Peltier

- Jean pelletier-Dudoyer armateur nantais sous Louis XVI
- Marie-Etienne Peltier, son fils, corsaire sous la république, le directoire le consulat et le début de l'empire, je le trouve pour la dernière fois à la station navale de santo Domingo, il est mort à Madagascar.
Auriez-vous des documents les concernant à vendre ?Cordialement
tugdual.delanglais@wanadoo.fr



                                                                          Voir aussi natre page: Iconographie sous Louis XVI

                                                                 la marine de Louis  XVI  sur  Wikipedia   Il n"y a rien à rajouter !!!!

Cette époque est souvent considérée comme bénie pour la flotte française qui connaît un développement considérable et prend sa revanche sur la Royal Navy lors de la guerre d'Amérique. Il est vrai que Louis XVI accorde à sa marine des moyens qu'on n'avait plus vus depuis le règne de Louis XIV. Le jeune roi (20 ans) partage pourtant, de par son éducation et son caractère, un point important avec son grand-père Louis XV : c'est un prince pacifique soucieux d'équilibre européen qui désapprouve les guerres de conquête et pense que la France a atteint son développement territorial maximal. Mais c'est aussi un souverain soucieux du prestige de son royaume et qui adhère à l'idée qu'il faut laver les humiliations de la guerre de Sept Ans. Louis XVI rejette aussi l'idée de domination des mers par un seul pays, rôle que s'arroge volontiers le Royaume-Uni, au grand dam de ses voisins dont la France. Cette combinaison d'idées suppose d'accepter une nouvelle guerre avec les Britanniques et cette fois de la préparer, plutôt que de la subir comme en 1755. L'idée est partagée par les nouveaux ministres des Affaires étrangères, le comte de Vergennes, et de la Marine, Antoine de Sartine. Le redémarrage n'est cependant pas totalement immédiat, car le ministre des Finances, Turgot, freine des quatre fers en arguant du fait qu'une nouvelle guerre risquerait de mettre à terre les finances de la monarchie. Turgot, dont la mentalité est par ailleurs très « terrienne », n'estime pas le grand commerce colonial comme essentiel à l'économie du pays et rend un rapport défavorable à son sujet. Lors de son court passage au ministère de la marine en 1774, il décide de transformer en magasin à grains le bâtiment construit à grand frais par son prédécesseur au Havre pour la formation des aspirants officiers234. Après le renvoi de ce dernier en 1776, la marine ne cesse plus de recevoir des crédits auxquels Choiseul aurait à peine rêvé. L'opinion pensait d'ailleurs que le nouveau roi allait rappeler ce dernier. Mais Louis XVI n'aime pas Choiseul et ne veut pas de lui dans son équipe ministérielle. On remarque cependant le retour d'un homme des débuts lointains du règne de Louis XV, le comte de Maurepas, ancien ministre de la Marine renvoyé en 1749… Maurepas (que Louis XVI a rappelé sur les conseils de ses vieilles tantes), ne revient cependant pas à la marine, mais à titre de conseiller et mentor du roi qui avoue lui-même manquer d'expérience. Mais l'homme, qui a 73 ans, a beaucoup vieilli, et ce choix va se révéler, à l'épreuve du pouvoir, loin d'être convaincant2

Antoine de Sartine, ancien lieutenant-général de police de Paris, est chargé du ministère de la Marine et des Colonies en 1774. Son absence de formation en matière navale est compensée par ses dons d'organisateur, ses capacités à s'entourer de conseillers compétents et sa rapide compréhension des problèmes qu'il doit affronter Sartine, soucieux de tourner la page de son prédécesseur annule ses réformes les plus contestée en supprimant l'École royale de marine du Havre et reconstitue les trois compagnies de gardes de la Marine, chargées à Brest, Rochefort et Toulon de la formation des futurs officiers, en y renforçant la sélection et l'enseignement des mathématiques Sartine visite les ports de Bretagne, inspecte les ateliers, étudie minutieusement les marchés d'approvisionnement. Il fait construire des casernes à matelots spacieuses dans les principaux ports du royaume, en commençant par Brest. Il crée un corps royal d'infanterie de la Marine et s'attèle à une profonde réforme de l'administration maritime. Les sept ordonnances du renversent la prééminence établie depuis Colbert des officiers d'administration (la « Plume », comme on l'appelait), chargés de la gestion à terre et à bord des navires, sur les officiers combattants (l'« Épée »), dont les compétences techniques et pratiques laissaient à désire. Sartine abandonne ce système en faisant le constat qu'il a perdu de sa pertinence depuis que ces derniers, mieux éduqués et mieux formés, ont acquis d'excellentes capacités. Il confie donc l'autorité suprême à un chef d'escadre-directeur général, assisté de quatre officiers de vaisseau. L'intendant, cantonné aux affaires comptables et financières, est secondé de commissaires des ports et arsenaux et de commissaires des classes, chargés du recrutement des matelots. Dans chaque port, le conseil de marine, sorte de conseil d'administration permanent, doit se réunir au moins tous les quinze jours. Quant au corps des contrôleurs de la marine, il est réorganisé et rattaché directement au ministère. Il s'agit là d'une vraie révolution que Bonaparte consacrera en 1800 par la création des préfets maritimes et la prédominance du commandement militaire. Afin d'homogénéiser la fabrication des canons de marine, Sartine fait l'acquisition de la fonderie de Ruelle, près d'Angoulême, et crée celle d'Indret, en aval de Nantes. Dans cette dernière on fait venir deux recrues anglaises de grande qualité, les frères John et William Wilkinson, inventeurs du four à réverbère, bientôt rejoints par Ignace de Wendel, capitaine d'artillerie qui descend d'une famille de maître de forge lorrains, appelés à une renommée durable238. Pour finir, Sartine, qui n'a rien perdu de sa culture d'ancien policier, réorganise de fond en comble les services d'espionnage. Le ministre dispose rapidement de rapports très précis sur l'état des forces anglaises Les vaisseaux anglais sont comptés, classés selon leur puissance de feu et leur état d'entretien, répartis en fonction de leur lieu de stationnement. Ces résultats remarquables de l'espionnage français livrent un portrait exact de la Royal Navy dans les années 1770 et orientent les choix de Louis XVI et de son ministre

Louis XVI suit attentivement la réorganisation de la marine. Sartine, constamment, lui demande son opinion et ses intentions. Celui-ci lui répond ou non par un « approuvé » en marge des notes transmises et parfois donne de sa main des instructions plus précises. Louis XVI veille au détail, réclame l'état exact des escadres, veut connaitre jusqu'aux menus incidents de la vie navale et portuaire - protestation des officiers ou avarie d'un navire - et passe de longs moments à regarder les cartes. Les clichés sur Louis XVI passionné par la marine et la géographie sont donc parfaitement authentiques, au point qu'on peut s'étonner qu'il n'ait pas cherché à voir la mer et visiter les ports dès le début de son règne (il ne le fait qu'une seule fois, en 1786). Étienne Taillemite, dans un ouvrage récent, le qualifie de « navigateur immobile » Mystère qui s'explique sans doute par les mauvais conseils de Maurepas, « lui aussi immobile dans son fauteuil » et qui a peur que le roi lui échappe. Quoi qu'il en soit, Louis, qui passe pour un roi hésitant sur les affaires intérieures, se montre déterminé à faire de sa marine une force qui puisse rivaliser avec la Royal Navy. L'évolution du budget porte témoignage de cette volonté. Ce dernier passe de 17,7 millions de livres en 1774 à 20,5 en 1775, à 27,2 en 1776, à 41,1 en 1777 et à 74 millions en 1778, l'année de l'entrée dans la guerre d'AmériqueUn effort financier sans précédent.

Les arsenaux, à nouveau réapprovisionnés, se mettent à réparer les nombreux navires hors service ou ayant besoin d'être radoubés, ce qui est le cas de la plupart des unités issues du « don des vaisseaux » des années 1760. Il s'agit même d'un besoin urgent puisque d'Orvilliers, qui commande la flotte du Ponant, estime en 1776 que treize vaisseaux seulement sont opérationnels. En fait, la forte hausse des dépenses s'explique aussi par le rattrapage nécessaire à la suite de l'abandon relatif des années 1770-1774. En 1776, on refond les treize vaisseaux les plus vieux et on achète un gros stock de mâts en Baltique. On dépense 480 000 livres rien que pour le radoub du Bretagne, âgé de 10 ans. En 1777, la marine dispose de sept vaisseaux refondus. Les rapports livrés par l'espionnage montrent qu'avec soixante-quinze frégates, la Royal Navy aligne deux fois plus de navires de ce type que la marine française. Sartine réagit immédiatement et entame une course au rattrapage du retard accumulé : en 1777, huit lancements sur dix concernent les frégates. Elles sont toutes commencées et finies dans l'année. En 1778, treize frégates (contre sept vaisseaux) sont construites et lancées de la même façon et neuf encore en 1779 (contre trois vaisseaux). Une rapidité de construction qui impressionne. Rochefort s'illustre en ce domaine : deux vaisseaux de 74 canons sont mis en chantier en avril et lancé six mois plus tard, en octobre de la même année. S'inspirant encore des travaux de l'ingénieur Duhamel du Monceau, Sartine poursuit la standardisation de la construction des vaisseaux autour du modèle de 74 canonet des grandes frégates de 12. Le roi et son ministre fixent un objectif de quatre-vingt vaisseaux de ligne et soixante frégates C'est, pour les vaisseaux, l'objectif que voulait atteindre Choiseul quinze ans plus tôt, sauf que cette fois-ci, on y met réellement les moyens. Les puissances navales neutres, comme le Portugal et les Provinces-Unies, qui observent les efforts de redressement français, estiment la reprise de la guerre avec l'Angleterre inévitable et organisent leur propre stratégie en conséquence

Il faut aussi remettre à plat le dossier de l'entraînement des équipages. Trop de navires s'échouent en sortant de Brest, s'égarent ou s'abordent lors des manœuvres. Louis XVI et Sartine tombent d'accord pour rétablir l'escadre d'évolution. Cette dernière est confiée en 1776 au comte du Chaffault de Besné, l'un des rares officiers victorieux lors du conflit précédent. Ses ordres sont clairs : « Les armements qui s’exécutent annuellement dans les différents ports, soit pour les colonies et le Levant, soit pour le cabotage n’étant jamais assez nombreux pour occuper et instruire les officiers, les gardes et les troupes de la marine, ni pour former les équipages, Sa Majesté a pensé à propos d’y suppléer en mettant cette année en mer une escadre d’évolution composée d’un nombre de bâtiments suffisants pour exercer une partie de sa marine et exécuter toutes les manœuvres de navigation et de guerre auxquelles les officiers ne peuvent être trop accoutumés pour l’avantage de son service». Constamment, le roi interroge son ministre sur la discipline au cours de ces exercices d'entraînement, « sur la police de l'escadre, les soins de propreté et les précautions qui peuvent contribuer à conserver la santé des équipages ». On s'active, « au prix d'un féroce entraînement », pour que les canonniers puissent égaler le rythme de tir de leurs confrères britanniques et on embarque des officiers en surnuméraire dans l'escadre d'évolution pour tester leurs capacités.

La discipline et la promotion des officiers continuent à rester le point faible - traditionnel - de la flotte, Bourgeois de Boynes, le dernier ministre de la Marine de Louis XV s'y étant même cassé les dents pour avoir essayé d'y mettre bon ordre (voir plus haut). La promotion des officiers continue à se faire la plupart du temps à l'ancienneté et non en fonction des capacités ou des services rendus. Faute de limite d'âge, on conserve en activité des vice-amiraux, lieutenants généraux et chefs d'escadres chenus, souvent devenus incapables de naviguer. Dans un corps marqué par les préjugés sociaux et les jalousies de caste, la discipline n'est pas la vertu principale, à l'opposé des officiers de la Royal Navy. D'autre part, contrairement à l'Admiralty Board, forte de ses traditions et de sa cohésion, la flotte continue de souffrir de l'absence d'un état-major chargé de la conception et de la direction des opérations navales. Tout se décide en petit comité de quelques ministres (Marine, Guerre, Affaires étrangères…) autour du roi, dont aucun n'est marin. Une dernière faiblesse entache cette active politique navale : l'insuffisance des bases d'outre-mer, tout particulièrement dans les Antilles, pourtant au cœur de la prospérité coloniale française. On ne trouve rien à la Martinique à la Guadeloupe ou à Saint-Domingue de comparable aux arsenaux anglais bien équipés de la Barbade et de la Jamaïque

Comparaison de l’effort de lancement en vaisseaux
Année Angleterre France
1774 6 3
1775 4 1
1776 1 3
1777 4 2
1778 2 7
1779 3 3
1780 5 5
1781 7 6
1782 10 8
1783 6 3
1784 5 3
Total des lancements 55 45
80 navires lancés en six ans          La guerre d'indépendance américaine, ouverte officiellement en provoque des comportements originaux en matière de construction navale. Il s’agit d’abord, et c’est un cas unique dans l’histoire de la marine de guerre à voile, d’un conflit prévu et préparé. Alors que tous les autres connaissent un temps d’attente avant que les arsenaux répondent à la déclaration de guerre par le lancement des vaisseaux, le conflit américain est précédé de deux années d’intense activité de construction. Sartine et le roi ont largement anticipé les besoins (voir plus haut sur le début du règne de Louis XVI).

En 1778, sont lancées vingt unités, soit sept vaisseaux et treize frégates. C’est la plus forte production annuelle de toute la guerre d’Indépendance américaine. Tous ces vaisseaux sont des 74 et 80 canons mis en chantier et lancés au cours de la même année : trois à Brest, trois à Rochefort, un à Toulon. Ce phénomène permet de mesurer toute l’importance et l’utilité du stockage prévisionnel. De surcroit, la maîtrise des techniques de construction et d’assemblage permet la préparation des pièces de charpente en « kits » prêt à monter, ce qui diminue d’autant la période de construction proprement dite. Cette période est habituellement de dix-huit mois pour un vaisseau et de un an pour une frégate. Or, au cours des premières années de la guerre, les frégates sont toujours lancées après six à huit mois sur cale et les vaisseaux, même les grands trois-ponts, sont construits en un an. À Rochefort, les trois vaisseaux construits en 1778 restent seulement de cinq à six mois sur cale.

La mobilisation navale déborde des trois arsenaux traditionnels cités ci-dessus. En 1778, sur les treize frégates construites, huit sont mises sur cale à Saint-Malo. Il ne s’agit pas d’un hasard dicté par les évènements mais d’une véritable programmation géographique des constructions Tandis que les arsenaux importants bourdonnent comme des ruches, se consacrent à la production des vaisseaux de force et à l’armement des premières grandes escadres de la guerre, Saint-Malo, port de commerce et de course, est recruté pour lancer rapidement des frégates. Les bois de construction y parviennent en transitant par le bassin de la Seine et le port du Havre. En 1779, les frégates représentent encore les trois quarts des lancements. Saint-Malo, qui reconstitue ses réserves, est relayé par Nantes et Bordeaux, qui assurent la moitié de la production annuelle. Il s’agit là d’une petite révolution, car si en Angleterre on a l’habitude depuis longtemps de confier la construction des frégates à des chantiers privés, les arsenaux d’État ont jusqu’à cette guerre, toujours exercé un strict monopole sur les navires de guerre391. En 1780, cinq vaisseaux et six frégates sont construits. Les énormes trois-ponts Invincible, Royal-Louis et Terrible, commencés l’année précédente, sont lancés après un temps de chantier très court pour des navires de cette force (110 canons)

En 1781, tout change. La production baisse légèrement et concerne surtout les vaisseaux. Ce fléchissement de la construction correspond au changement de stratégie consécutif au remplacement de Sartine par le maréchal de Castries. Les urgences, cette année-là, ne sont plus les mêmes d’autant plus que les effectifs atteignent cent-vingt-trois vaisseaux et frégates390. La stratégie de la guerre périphérique, qui mondialise le conflit avec les actions simultanées aux Antilles, aux Indes et en Amérique du Nord, exige la concentration de toutes les énergies à la préparation des escadres, à celle du mouvement des vaisseaux, au rassemblement des troupes et des équipages à Brest305. De Castries lui-même fait le déplacement à Brest pour assister aux derniers armements et rencontrer tous les chefs militaires en partance ainsi que le gouverneur du port (en mars, voir plus haut). Un temps ralenties, les constructions reprennent avec vigueur en 1782 avec huit vaisseaux et sept frégates.

Pendant le conflit, les arsenaux et ports secondaires montrent une capacité à produire sans faiblesse une quantité de vaisseaux presque égale à celle dont se dote en parallèle la Royal Navy. Entre 1777 et 1783, les chantiers navals français lancent quatre-vingt navires, dont vingt-huit vaisseaux deux-ponts de 74 canons et quarante-six frégates. En laissant de côté les quelque 80 canons et trois-ponts destinés aux amiraux, ces deux types de navire représentent 92 % du total de l’effort de guerre. Les quarante-six frégates lancées montrent la volonté que le ministère a eu de développer cette arme indispensable à la flotte, face à une Angleterre qui en est largement dotée, et en réponse à une extension mondiale de la guerre sur mer. La guerre d’Amérique change donc profondément les structures de la marine française, désormais dominée par  les gros vaisseaux à deux-ponts et les nombreuses frégates océaniques. Il s’agit là de l’apogée d’une longue évolution technique commencée quarante ans plus tôt sous Maurepas

    vous  pouvez  voir la suite de cet article sur  wikipedia....





Donnez  nous  d'autres informations sur l'art et la marine?
                      participez aux blogs                                  http://antiquairemarine.blogspot.com
                                                                                                          
                                                                            
http://librairie-maritime.blogspot.com
                                                                             

    http://photographie-maritime.blogspot.com    
    
.  .........Vous désirez vendre vos  livres  ou documents maritimes?......
Mettez une annonce   Gratuite et consultez   la page: 
  
  http://librairie-marine.com/documents/general/grenier.html
.................................et traitez  avec un eventuel   acheteur  !...                    
visitez  les sites conjugués
http://historic-marine-france.com                            

http://peintres-officiels-de-la-marine.com


http://librairie-marine.com

   http://www.facebook.com/pages/librairie-marinecom/
100720683348651?sk=wall
  

facebook-livres